[Coronavirus] La Confédération des commerçants de France chiffre l’impact économique (sondage)

Un sondage exclusif de la Confédération des commerçants de France, réalisé du 23 au 28 mars 2020, auprès de 2000 commerçants, témoigne de leur situation économique difficile depuis plus de six mois. Plus de 86 % ont dû fermer leur commerce ; 95% de ceux restants ouverts voient chuter leur chiffre ; 86 % ont recouru au chômage partiel ; 18 % sont en difficultés avec leurs fournisseurs.

A la suite de l’annonce du Premier Ministre le 14 mars 2020, plus de 86 % des commerçants interrogés ont été amenés à fermer leur commerce.  Parmi les 14 % qui ont poursuivi leur activité, plus de 80 % d’entre eux ont toutefois réduit leurs horaires d’ouverture ou diminué le nombre d’employés.
A la suite de l’annonce du Premier Ministre le 14 mars 2020, plus de 86 % des commerçants interrogés ont été amenés à fermer leur commerce. Parmi les 14 % qui ont poursuivi leur activité, plus de 80 % d’entre eux ont toutefois réduit leurs horaires d’ouverture ou diminué le nombre d’employés. © 123rf

%%ARTICLELIE:344460%%La Confédération des commerçants de France (CDF) qui rassemble 19 fédérations du commerce et de l’artisanat commercial, soit 450 000 entreprises et un million de salariés, a réalisé un sondage exclusif sur l’impact de la crise au coronavirus chez ses adhérents. L’enquête a été réalisée la semaine du 23 au 28 mars 2020 et a recueilli 2 000 réponses en 5 jours ! «Nous pouvons relever l’inquiétude très grande des commerçants, qui connaissent une situation économique difficile depuis plus de six mois, synthétise Bénédicte Boudet-Corric, déléguée générale de la CDF. Une très grande majorité de commerçants a dû fermer et pour ceux encore ouverts, la baisse de chiffre d’affaires ne semble pas ‘‘suffisante’’ pour bénéficier du fonds de solidarité (70 %) selon le critère retenu par le Gouvernement, mesure pourtant plébiscitée par les entreprises ayant répondu au sondage. Des mesures d’accompagnement de la part des assureurs sont également fortement souhaitées. Nous souhaitons que ces résultats puissent amener les pouvoirs publics à ajuster leurs propositions pour soutenir ce pan de l’économie française ». Les principaux résultats du sondage en 6 points-clés.

Un chiffre déjà en baisse, les 6 derniers mois, pour 47% des commerçants

Cette « nième » crise ne fait que dégrader la situation de commerçants déjà en très graves difficultés. La crise sanitaire au Covid-19 intervient en effet dans un contexte où les commerçants qui ont répondu à ce sondage avaient déjà un chiffre d’affaires en baisse les six derniers mois (47 % d’entre eux). Une baisse estimée à plus de 70 % pour près de 30 % d’entre eux et entre 51 et 70 % pour 20 % d’entre eux.

Plus de 86 % de taux de fermeture

A la suite de l’annonce du Premier Ministre le 14 mars 2020, plus de 86 % des commerçants interrogés ont été amenés à fermer leur commerce. Seuls 5 % ont poursuivi leur activité différemment, avec les ventes sur internet ou à emporter. Parmi les 14 % qui ont poursuivi leur activité, plus de 80 % d’entre eux ont toutefois réduit leurs horaires d’ouverture ou diminué le nombre d’employés. Mais 10 % ont fait le choix de fermer leur commerce, notamment par crainte de contamination. Plus de 80 %  restreignant, quant à eux, leur activité ou le nombre de leurs employés.

95% des commerçants encore ouverts voient chuter leur chiffre

Pour les commerçants qui ont pu continuer à être ouverts, 95 % connaissent une baisse de leur chiffre d’affaires. Le graphique, ci-dessous, donne la répartition des taux de baisse, ceux-ci étant calculés par rapport à mars 2019. «Ainsi, d’après les critères pour bénéficier du fonds de garantie, seuls 35 % des commerçants ayant l’autorisation d’ouvrir pourraient bénéficier de la prime jusqu’à 1500 euros, commentent les auteurs. Il est à souligner que le mois de mars 2019 avait déjà été un mois compliqué en raison des gilets jaunes ».

Source : communiqué de la Confédération des commerçants de France


86 % des commerçants ont recouru au chômage partiel

Parmi les entreprises qui emploient des salariés, 15 % ont mis des salariés en arrêt maladie en raison de la garde de leurs enfants non assurée et 86 % ont recouru au chômage partiel. Concernant ce chômage partiel, 55 % ont indiqué avoir eu des difficultés dans les démarches, notamment dues au site internet surchargé et aux codes qui n’étaient pas communiqués…

18 % des commerçants en difficultés avec leurs fournisseurs

Autre « effet collatéral » prévisible de la crise sanitaire, 18 % des commerçants interrogés affirment avoir rencontré des difficultés avec leurs fournisseurs et 22 % des difficultés avec leurs banques (absence de réponse, prêts refusés ou banques mal informées des mesures gouvernementales…).

La prime de 1 500 euros plébiscitée à 29 %

Sur les mesures prises par le Gouvernement, celle qui satisfait le plus les commerçants est la prime de 1 500 euros (29 %), suivi de la facilitation du chômage partiel (25 %), puis les garanties et prêts de la BPI (11%) (ensemble des réponses dans le graphique ci-dessous). Sur les mesures proposées par la CDF, plus de la moitié des commerçants se prononce en faveur de la prise en charge des pertes d’exploitation par les assureurs (55 %), suivie par l’exonération des charges fiscales et sociales (28 %), des mesures sur le paiement des loyers (7 %) ou la mise en place d’un numéro unique (2 %). Si 55 % des commerçants s’estiment suffisamment informés des mesures de soutien et des démarches à effectuer, plus de 70 % trouvent les mesures encore trop complexes. Enfin, 77 % des commerçants ont des craintes concernant la sécurité de leur commerce. Et ils se déclarent pessimistes pour les six prochains mois à hauteur de 92 %.

Source : communiqué de la Confédération des commerçants de France

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter