Services & Livraison

[Coronavirus] Le boom de la livraison collaborative

|

Le Covid-19 a fait exploser la demande sur le commerce alimentaire, notamment sur la livraison et le drive. Face à ce fort engouement, des modes de livraison alternatifs, comme la livraison collaborative, commencent à être fortement mobilisés.

Yper constate aussi une montée en régime de son activité depuis le début de la semaine
Yper constate aussi une montée en régime de son activité depuis le début de la semaine© Yper

La pandémie de Covid-19, et le confinement décidé depuis lundi dernier ont fait exploser la demande dans le commerce alimentaire, notamment sur la livraison et le drive. Entre le 9 et le 15 mars, les ventes de produits de grande consommation en France ont bondi de 38 % selon Nielsen, le drive de 61% et l'e-commerce de 90%. Face à ce fort engouement, des modes de livraison alternatifs, comme la livraison collaborative, commencent à être fortement mobilisés.

C'est le cas de Shopopop, un acteur bien connu du monde de la distribution : le prestataire accompagne 600 magasins à travers la France et à contractualisé des partenariats avec Système U, les adhérents Leclerc et Intermarché. La plateforme en ligne compte 220 000 utilisateurs inscrits, dont 50 000 livreurs potentiels livreurs actifs, dans 85 départements.

L'entreprise est actuellement sur le pont : " On suit la montée en charge des magasins. Comme ils sont les premiers à subir l'explosion de l'activité du drive et de la livraison à domicile. Forcément on voit l'augmentation de la volumétrie du nombre de livraison qui sont réalisées ", indique Johan Ricaut cofondateur de l'entreprise. Depuis le début de la semaine, le dirigeant avance un trafic quotidien moyen de 20 000 personnes, soit quatre fois plus que la normale. Et un volume de livraison multiplié par 2,5 par jour depuis le début de la crise sanitaire.  

Digérer la montée en charge

Fort de ce succès, la société est désormais sollicitée par d'autres distributeurs pour être référencée, "mais aussi des services de proximités tels que les traiteurs ou les boulangeries, ou encore les EHPAD ou les centres médicaux pour les personnels soignants" abonde Johan Ricaut. Pendant cette conjoncture exceptionnelle, l'entreprise  met l'accent sur le respect des consignes de sécurité. Elle diffuse par une communication officielle de la plateforme les recommandations de l'Etat, par groupe Facebook ou par Newsletter quotidienne : "Les livreurs sont invités à prévenir les clients lorsqu'ils arrivent sur le domicile, laisser les courses sur le pas de la porte, prévenir le client par SMS pour qu'il puisse récupérer ses produits,  respecter les distances de sécurités et s'affranchir de tout contact", pointe le cofondateur.

Selon le dirigeant, le modèle collaboratif permet de digérer la montée en charge générée par la crise sanitaire, avec plus de réactivité et de flexibilité. Les distributeurs étant bloqués dans leur capacité à effectuer de la livraison, face à une demande exponentielle : par les consignes de sécurité et dans la capacité à effectuer de la livraison, notamment avec les processes à mettre en place en termes de supply chain et de mobilisation du personnel. L'entrepreneur se défend de tout opportunisme : "on ne s'appuie pas sur cette crise pour aller chercher des opportunités de marché. Les distributeurs se rendent bien compte que la livraison à domicile constitue un vrai sujet."

Vers une normalisation ?

Autre structure à proposer ce modèle collaboratif avec Yper. L'entreprise constate aussi une montée en régime de son activité depuis le début de la semaine : "La demande entrante au niveau des commerces a été exponentielle. Une centaine de demandes par jour. Contre une dizaine d'appels entrants en temps normal. Au niveau des consommateurs, cela peut aller de 100 à un millier de demandes par jour. " affirme Marc Louis-Boyard, chargé de marketing digital d'Yper.

La start-up a surtout proposé, depuis le 18 mars, la gratuité de la livraison pour les publics dépendants : personnes de plus de 70 ans, handicapées, professionnels de santé et aux forces de police luttant chaque jour contre l’épidémie. Par ailleurs, en accord avec les recommandations gouvernementales, Yper a développé le principe de livraison sans contact auprès de ses communautés et de ses partenaires. Pour éviter la propagation du virus, les livreurs particuliers ont ensuite été invités à limiter leurs livraisons à trois par jour, et ce dans un périmètre de 5km.

De là à imaginer une normalisation de la livraison collaborative ? "Il y aura clairement un avant et un après coronavirus. C'est une attitude qui va s'instaurer au niveau du consommateur d'après nos indicateurs de première commandes ou de fidélisation. Je pense que les distributeurs hésiteront moins à mobiliser ce mode à l'avenir ", estime Marc Louis-Boyard. Pour l'heure, l'entreprise collabore avec Intermarché et Match. Elle est en discussion avancée avec des enseignes alimentaires d'envergure pour une intégration à la minute.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message