[coronavirus] Les commerçants indépendants demandent le report des soldes d’été au 22 juillet 2020

|

Les commerçants indépendants comptent sur la prise en compte de cette demande pour s’organiser au mieux dans les prochaines semaines et réouvrir dans les meilleures conditions.

Les commerçants indépendants de ces fédérations ont été dans l’obligation de fermer leurs points de vente le 15 mars 2020
Les commerçants indépendants de ces fédérations ont été dans l’obligation de fermer leurs points de vente le 15 mars 2020© © LAETITIA DUARTE

La Confédération des commerçants de France, et plus particulièrement ses fédérations adhérentes la Fédération nationale des détaillants maroquinerie voyage (FNDMV), la Confédération nationale des détaillants en Lingerie (CNDL), la Fédération des détaillants en chaussures de France (FDCF) et le groupement de chausseurs ANWR-Garant, demandent au Ministre de l’Economie M. Bruno LE MAIRE et la Secrétaire d’Etat Mme Agnès Pannier-Runacher un report des soldes d’été au minimum un mois après la date initialement fixée, soit au 22 juillet 2020. En effet, les commerçants indépendants de ces fédérations ont été dans l’obligation de fermer leurs points de vente le 15 mars 2020 et doivent maintenant attendre la fin des mesures de confinement pour pouvoir ouvrir à nouveau, probablement pas avant le mois de mai.

"La CDF et ses fédérations travaillent déjà sur l’« après-crise ». Aux inquiétudes concernant la fermeture de leurs commerces s’ajoute l’angoisse de voir apparaitre des politiques de rabais agressives de la part des grands acteurs du commerce, qui promettent déjà des promotions de grande ampleur", peut-on lire dans le communiqué de la  Confédération des commerçants de France.

Après presque deux mois de fermeture, les détaillants indépendants seront en effet en recherche de trésorerie et de marge, pour limiter les dégâts de la crise sanitaire. Ils demandent donc un report des soldes d’été au 22 juillet 2020. Cela répond également à une logique sanitaire car la CDF imagine mal que le Gouvernement, après un confinement strict, autorise un afflux de consommateurs en lieu confiné fin juin, avec les risques de contagion que cela engendrerait.

"Ce report devra être accompagné d’une ordonnance exceptionnelle pour encadrer, un mois avant la nouvelle date repoussée des soldes, les promotions agressives, les ventes privées, les ventes à perte, etc... y compris pour le e-commerce, ainsi qu’un rétablissement du « prix de référence », comme prévu à l’article 2 de l’arrêté du 31 décembre 2008 relatif aux annonces de réduction de prix à l'égard du consommateur (avant sa suppression en 2015) et un durcissement des sanctions en cas de non-respect. Nous précisons de surcroît que les indépendants que nous sommes et que nous représentons n’ont pas les mêmes marges pour s’adonner à ce type de promotions et autres opérations commerciales agressives", poursuit le communiqué.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter