[Coronavirus] Au Royaume-Uni les limitations d’achats deviennent la norme pour éviter le stockage

|

Pour éviter le stockage d’alimentation en trop grande quantité par les consommateurs, toutes les grandes enseignes du commerce britannique imposent dorénavant des limites, généralement fixées à un maximum de trois articles identiques achetés à la fois.

Face aux achats de précautions et à certains comportements de surstockage, de nombreuses enseignes britanniques limitent désormais les quantités que les clients peuvent acheter d'un même produit.
Face aux achats de précautions et à certains comportements de surstockage, de nombreuses enseignes britanniques limitent désormais les quantités que les clients peuvent acheter d'un même produit.

Les appels au civisme sont nombreux, mais cependant insuffisants pour limiter le stockage d’aliments. Alors qu’en France les limitations d’achats sont encore le fait d’expériences plutôt isolées dans les magasins, elles deviennent quasiment systématiques en Grande Bretagne. A partir d’aujourd’hui 19 mars, Tesco (numéro un du secteur avec 27% de part de marché outre Manche) limite les achats de produits identiques à trois exemplaires seulement dans tous ses magasins (trois bouteilles d'un litre de lait par exemple). Et ce sur toutes les lignes de produits "pour permettre à plus de personnes d’avoir accès aux produits essentiels" a indiqué le pdg du groupe, qui annonce également mettre un terme aux promotions sur les achats en lot. On imagine le casse tête... Un pack de 6 bouteilles est t-il considéré comme un seul produit, ou six ? Son concurrent Asda limite également les achats à trois unités du même produit pour l’alimentaire et le DPH. L’idée est évidemment de limiter ces comportements de surstockage, qui privent certains clients de produits, vident les rayons et compliquent la tâche des salariés en magasins déjà en surchauffe. Chez Aldi, la limite à été fixé à quatre articles identiques par visite, "une mesure décidée pour décourager les clients d’acheter plus qu’ils n’en ont besoin" explique l’enseigne qui se veut rassurante en précisant que ce chiffre "est bien supérieur à ce que la plupart des consommateurs achètent lors d’un passage normal en magasin".

Nourrir la nation, la bannière commune des distributeurs

Chez Sainsbury’s, une limitation avait été introduite sur un petit nombre de produits dès le début de la crise, et vient d'être étendue depuis le 18 mars. Les restrictions sont désormais de trois articles identiques sur les produits d’épicerie, et un maximum de deux sur les produits les plus populaires comme le papier toilette, le savon ou le lait UHT. "Nous avons assez d’approvisionnement et de produits, mais nous limitons les ventes pour qu’ils restent en rayon plus longtemps, et puissent être achetés par un plus grand nombre de consommateurs" a indiqué Mike Coupe, actuel pdg de Sainsbury’s , dans un communiqué. Morrisons limite pour sa part les quantités à l’achat sur plus de 1000 lignes de produits. Les chaînes de drugstores comme Boots ou Superdrug limitent également les achats sur les gels et autres produits sensibles. En parallèle, beaucoup d’enseignes se concentrent sur l’essentiel. Ainsi les stands traditionnels comme la boucherie, charcuterie, poissonnerie ou les produits préparés sur place et à emporter (très populaires en Grande Bretagne) sont fermés ou sont en passe de l’être pour réorienter le personnel vers le remplissage des rayons et la tenue du magasin.

Les équipes se focalisent sur les services essentiels

Le supermarché en ligne Ocado a lui aussi pris des mesures drastiques, en fermant son site internet et en refusant les nouveaux clients, pour se focaliser sur les commandes en cours, dont le montant est significativement plus élevé qu’auparavant. Pour les consommateurs déjà clients, une file d’attente virtuelle a été mise en place. Chez Tesco, les magasins ferment plus tôt, pour assurer les tâches de nettoyage et remplissage. Dans cette période de crise liée au coronavirus, les distributeurs britanniques communiquent sur les mêmes principes communs, sous la bannière "Feed the nation", autrement dit "nourrir la nation". Une initiative qui regroupe Lidl, Sainsbury's, Co op, Tesco, Aldi, Waitrose, M&S, Asda, Iceland, Ocado et Costcutter.


 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter