[Coronavirus] Karol Couvreux (Ital'Passion) «Les Italiens continuent de produire avec beaucoup d’efficacité.»

|

Le témoignage de Karol Couvreux, Directeur des opérations chez Ital Passion, distributeur de produits italiens premium en GMS.

Karol Couvreux, Directeur des opérations chez Ital'Passion.
Karol Couvreux, Directeur des opérations chez Ital'Passion.© Ital'Passion

LSA : Quel est votre rôle chez Ital Passion ?
Karol Couvreux : Je suis chez Ital Passion depuis 10 ans. En tant que Directeur des opérations, je supervise la logistique, le commercial et la qualité.

LSA : Comment avez-vous vécu le début de la crise sanitaire ?
K.C. – Lorsque le confinement a été annoncé, nous pensions avoir des difficultés d’approvisionnement car nous travaillons avec des sites dans toute l’Italie. Mais cela n’a pas été le cas, y compris dans des régions comme la Vénétie qui est très touchée par le coronavirus. Les italiens continuent de produire avec beaucoup d’efficacité. Nous avons maintenu notre assortiment même si nous restons vigilants sur les stocks. Il est vrai qu’il y a moins de tension sur les produits plus valorisés.

LSA : Avez-vous néanmoins des problèmes pour fournir certains produits ?
K.C. – Nous avons un problème sur les pâtes. La demande est folle. Par semaine, elle est supérieure à celle sur un mois en temps normal. Toute l’Europe réclame des quantités incroyables. Les entrepôts sont vides alors que nous distribuons des pâtes premium. Lorsqu’on récupère 5 camions, la demande est celle d’une vingtaine ou une trentaine de camions.

LSA : Combien de jours de stocks avez-vous ?
K.C. – En moyenne 35 à 40 jours mais pour certains produits nous sommes sur 10 jours. Nous avons environ 10% du stock qui est partie dans cette folie, soit environ 500 palettes de moins mais il s’agit, encore une fois, surtout des pâtes. A noter que la demande est particulièrement forte chez les supermarchés.

LSA : Combien de points de vente livrez-vous ?
K.C. – Nous livrons 900 points de ventes en direct en plus des centrales d’achat. A l’exception des pâtes nous parvenons à livrer tout le monde normalement.

LSA : Quelles sont vos conditions de travail ?
K.C. – Je suis personnellement en télétravail à Vincennes. Dans notre entrepôt à Nice, les salariés travaillent avec des gants, des masques et du gel. Les transporteurs italiens comme français n’ont plus l’autorisation d’entrer dans le dépôt. Concernant notre force de vente, nous ne savons pas trop quoi faire. Il y a une zone de flou puisque le gouvernement nous demande de respecter le confinement tout en continuant l’activité.

LSA : Avez-vous des inquiétudes particulières ?
K.C. – Nous avons des inquiétudes sur l’approvisionnement en matières premières, mais surtout sur les pots, les couvercles et les étiquettes, les imprimeurs étant actuellement fermés.
L’autre source d’inquiétude concerne les flux de transports qui sont ralentis. Nous n’avons pas de défection chez les transporteurs italiens et nous trouvons encore des camions mais les délais sont plus longs et les coûts ont augmenté.

LSA : Comment préparez-vous l’après Covid 19 ?
K.C. – Nous vérifions les stocks au jour le jour. Aux beaux jours et dès la fin du confinement, les produits d’apéritifs et festifs vont être pris d’assaut. Il faudra être prêt !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter