[Coronavirus] LVMH, L'Oréal, P&G... quel impact sur les résultats des grands groupes ?

|

La fermeture des magasins non alimentaires sur tous les continents va peser dans les résultats des grands groupes comme LVMH, L'Oréal, Coty, Procter & Gamble... LSA vous propose un point sur l'impact prévu du coronavirus.

La pandémie de coronavirus aura un impact sur les résultats des grands groupes.
La pandémie de coronavirus aura un impact sur les résultats des grands groupes.© Bartolomiej Pietrzyk/123rf

A travers la planète, nombreux sont les magasins et les usines qui ont fermé leurs portes afin de freiner la propagation du coronavirus Covid-19. La beauté, la mode, le luxe voient par conséquence leurs ventes baisser car l'e-commerce ne compense pas les pertes des boutiques physiques. Les grands groupes commencent à estimer l'impact de la pandémie sur leurs résultats de ce début d'année 2020.

LVMH a annoncé que son chiffre d'affaires au premier trimestre 2020 serait en baisse entre 10 et 20% par rapport à la même période l'an passé. Quant à plus long terme, « cet impact ne peut être précisément chiffré à ce stade, sans connaître le calendrier de retour à la normale. », souligne le groupe de luxe dans un communiqué de presse.

Pour L'Oréal, « la diffusion de la pandémie à l’ensemble des zones géographiques et les mesures prises par les différents pays en termes de fermetures de points de vente et de confinement des consommateurs auront un impact plus élevé qu’initialement prévu au cours des prochains mois sur la consommation des produits de soin et de beauté et par conséquent sur nos affaires, même si nous constatons actuellement une reprise encourageante de la consommation en Chine ». Le groupe cosmétique annonce que son chiffre d'affaires du premier trimestre sera en baisse de 5% par rapport à l'an passé.

L'américain Coty, pour qui le premier trimestre 2020 est le troisième trimestre de son exercice décalé 2019-2020, a prévu une baisse de 20% de son chiffre d'affaires sur cette période.

Procter & Gamble présentera ses résultats du trimestre le 21 avril prochain mais n'a pas encore donné d'estimations. Toutefois, dès février dernier, au magazine Forbes, John Moeller COO et CFO de Procter & Gamble, expliquait que le groupe avait 387 fournisseurs en Chine qui lui livre environ 9000 matériaux et matières premières et qu'au final, « environ 17 600 produits finis étaient impactés » par l'épidémie. Des propos recueillis avant que le virus se répandent sur tous les continents.

Du côté d'Estée Lauder, « notre activité mondiale est plus largement affectée par le Covid-19 que ce à quoi nous nous attendions initialement », a déclaré le pdg Fabrizio Freda.

Début mars, Henkel prévoyait une baisse de ses ventes organiques entre 0 et 2% en ligne avec les annonces faites fin 2019. « Henkel prévoit des effets négatifs sur ses résultats 2020, compte tenu de l’incertitude qui prévaut dans le secteur industriel et de la hausse des investissements dans le marketing, la publicité, la transformation digitale et les infrastructures informatiques, afin de renforcer durablement les activités du groupe », explique Henkel dans un communiqué de presse. Ces prévisions ne semblent donc pas prendre en compte l'impact du coronavirus. Nul doute qu'il y en aura un.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message