[Coronavirus] Philippe Givone (Transport Jacky Perrenot) : « les livraisons se font en flux tendu »

|

Philippe Givone dirige le transporteur Jacky Perrenot dont l’alimentaire représente entre 40 à 60% de son activité. Il revient pour LSA sur les ajustements nécessaires avec le Coronavirus et pointe que le transport de marchandises fonctionne.  

Jacky Perrenot dispose de 5000 camions porteurs qui progressivement sont tous mis au service de la grande distribution et des industriels pour maintenir l'activité.
Jacky Perrenot dispose de 5000 camions porteurs qui progressivement sont tous mis au service de la grande distribution et des industriels pour maintenir l'activité.

Comment vous organisez-vous avec la situation du Coronavirus ?

Nous travaillons désormais 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Les restrictions de circulation des poids lourds ont été modifiées pour pouvoir livrer les magasins et les usines en flux tendu. Nous fonctionnons en mode dégradé, sans pleinement remplir les volumes, mais le but est de maintenir l’activité en alimentaire. Nous allouons de plus en plus de moyens vers la grande distribution et les industriels car nos clients de l’industrie comme Michelin ou Renault arrêtent leur production. Samedi à 21h45, un client nous a commandé en urgence des camions pour pouvoir être livrés le dimanche.

Vous arrivez donc toujours à livrer ?

Cela se fait de manière bien moins fluide que d’habitude, notamment quand il faut traverser une frontière mais tout le monde joue le jeu. L’objectif est de maintenir l’activité. Nous sommes considérés comme une entreprise d’utilité publique au même titre que les organismes de santé et de l’état. La situation montre d’ailleurs toute l’importance de la logistique et de la supply chain. Le transporteur est créateur de valeur !

Concrètement sur le terrain, quelles mesures avez-vous prises ?

Dans les entrepôts et pendant les livraisons, tout est fait pour limiter les contacts. Nous avons mis en place les gestes de barrière de sécurité pour limiter les risques de propagation avec la mise à disposition de gel hydro-alcoolique et de lingettes désinfectantes mais nous n’avons pas masques. Nous l’avons signalé auprès de nos fédérations et du gouvernement. Tous nos chauffeurs ont pleinement consciences de cette mission d’utilité publique et tous nos sites fonctionnent.

Les fédérations du transport communiquent de concert et demandent des aides pour mieux travailler

"Face à l'enjeu de nourrir 68 millions de français, les acteurs du transport et de la logistique, par la voix des 3 organisations professionnelles - FNTR, OTRE, Union TLF - appellent les pouvoirs publics à mettre en place toutes les mesures possibles d’accompagnement pour faciliter le travail des transporteurs, notamment des conducteurs, et des logisticiens, pour pouvoir assurer la continuité du fret de marchandises en France"

Voici leurs demandes :

  • Adapter les règles de restriction de circulation des véhicules et d’amplitude de temps de travail ;
  • Garantir les lieux de repos et de restauration professionnels pour les conducteurs  
  • Faciliter le fonctionnement des plateformes logistiques (accès des salariés, recrutements d’intérimaires) afin de pallier l’absentéisme dû aux mesures de confinement. 
  • Doter prioritairement les entreprises de transport et logistique de gel hydroalcoolique ainsi que des gants.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message