[Coronavirus] Vincent Michaud (Michaud Apiculteurs): "Nous avons 4 règles : produire, livrer, facturer et préparer l’après-crise"

|

Dossier Vincent Michaud, Président de Famille Michaud Apiculteurs, leader du miel et spécialiste mondial des produits sucrants liquides, expose sa nouvelle organisation et comment il envisage l’avenir.

Vincent Michaud, Président de Famille Michaud Apiculteurs.
Vincent Michaud, Président de Famille Michaud Apiculteurs.©Etienne-Follet.com

LSA :  Comment êtes-vous organisés depuis le début de la crise ?

Vincent Michaud : Je reste personnellement mobilisé et sur le terrain sur notre site de Gan, près de Pau (64). L’effectif administratif, commercial et la supply chain sont en télétravail avec un accès à toutes les informations. Nous étions bien préparés grâce à un système d’information centralisé. Tout le groupe, y compris notre filiale au Canada, fonctionne sur SAP. Cela nous permet d’avoir le contrôle des flux de marchandises, financiers et documentaires, gérés depuis Pau. En production, nous n’avons pas de masques, mais les plans de travail sont nettoyés toutes les heures, et du gel hydroalcoolique est disponible partout avec l’obligation de se laver les mains toutes les heures et de respecter une distance de 1,50 m entre les personnes. Nous avons aussi fait enlever les portes dans le bâtiment pour éviter toute contamination via les surfaces ou les poignées.

 

LSA :  Comment se passe l’activité ?
V.M. - Nous continuons à livrer dans 72 pays avec un taux de service qui est à 98% au lieu de 100%. Nous avons enregistré une très forte hausse de nos ventes de 50% sur le miel conditionné en GMS par rapport au même mois de l’an dernier et nous anticipons une hausse encore plus forte en avril de l’ordre de 80%. Les consommateurs ont anticipé les achats de miel, un produit qui a la réputation d’être un aliment santé grâce à ses vertus antibactériennes, antioxydantes et anti-inflammatoire. Nous avons aussi profité d’un report des consommateurs sur le miel en GMS après la fermeture des marchés. En revanche nous avons une chute des commandes et des annulations en RHD.

LSA :  Comment gérez-vous ces hausses de commandes ?
V.M. – Nous devons gérer cette hausse des commandes en GMS avec 30% d’effectifs en moins en production. Une partie du personnel est arrêté pour garder les enfants ou soigner un parent malade. Nous suppléons à ces absences par des heures supplémentaires. Tout le monde est mobilisé et concentré sur l’effort en production.
 

LSA :  La situation a-t-elle des incidences sur la logistique ?
V.M. – Sur Pau, nous avons environ 40 jours de stocks et nous gérons des retards mineurs. Nous avons dû accepter des hausses de tarif de la part de nos transporteurs, par exemple vers l’Italie où l’activité est en hausse de 150%, car les camions rentrent à vide au retour ce qui n’était pas le cas avant la crise. Au Canada, nous n’avons pas de souci sur notre filiale canadienne Appalaches Natures située à Thetford Mines au Québec. Seule la ville de Montréal est confinée mais le contact social est plus distant et les canadiens qui travaillent sur notre site se sont immédiatement soumis aux mêmes règles que celles que nous appliquons en France. L’activité progresse très fort outre-Atlantique sans avoir encore vraiment activé le marché américain. Nous venons, par exemple, de décrocher un très gros contrat avec le groupe chinois Alibaba.

LSA : Que pensez-vous des mesures prises par le gouvernement ?
V.M. La situation est complexe à gérer mais je dirai juste que la livraison de masques aux entreprises permettrait d’élever le niveau de sécurité. Nous avons également adressé un courrier au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation concernant la situation des apiculteurs. Celui-ci a répondu favorablement à notre demande, en autorisant la poursuite des activités apicole et notamment les transhumances de ruches.

LSA : Comment préparez-vous l’après-crise
V.M. – Aujourd’hui nous avons 4 règles : produire, livrer, facturer et préparer l’après-crise ! Je suis en contact avec toutes les personnes du marketing et mobilisé sur les innovations pour relancer l’activité une fois la crise passée. Nous arrivons dès le mois de mai avec un pot au kilos en PET recyclé et recyclable qui a fait l’objet d’un brevet ainsi qu’un sirop d’érable dans un emballage en Tritan, un polyester transparent qui supporte les très hautes températures. Nous lançons aussi un miel à la gelée royale en pot squeeze de 450 grammes. C’est un produit qui arrive au bon moment comme tous ceux du segment santé. Les gens recherchent des produits qui renforcent leurs défenses immunitaires comme notre miel à la propolis ou notre miel associé à du ginseng. L’effet va durer au moins jusqu’à ce qu’un vaccin soit trouvé. Demain il faudra donner envie aux Français de re-consommer et de transformer en quelque chose de positif le fait d’aller dans les rayons. Cela passera par de la théâtralisation et par de la communication. Nous venons d’ailleurs de mettre en ligne notre nouveau site Lune de Miel avec une nouvelle approche digitale.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres