Services & Livraison

Coursier Privé veut digitaliser la livraison

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Fondée par trois jeunes entrepreneurs français, la start-up Coursier Privé s’adresse aux professionnels qui souhaitent maîtriser à la fois la bataille du dernier kilomètre et la logistique. Un nouvel acteur qui se définit comme un outil digital complet pour se différencier de ses concurrents.

De gauche à droite : Nicolas Papin, Vincent Wuhrlin et Arnaud Marlois.
De gauche à droite : Nicolas Papin, Vincent Wuhrlin et Arnaud Marlois.© Coursier Privé

Arnaud Marlois, Nicolas Papin et Vincent Wuhrlin ont fondé Coursier Privé en septembre 2015. L’idée de proposer un service de livraison aux professionnels n’était pourtant pas le premier choix de ces jeunes trentenaires. "Comme la tarte tatin, Coursier Privé est né de l'idée de trois fondateurs et entrepreneurs qui ont échoué lors de leur POC (Preuve de concept, NDLR) et ont très vite vu plus grand", rappelle Arnaud Marlois. A l’origine du projet, l’idée était de lancer un service de pressing à domicile. "Mais suite à la perte d'un contrat, nous nous sommes ouverts au marché en proposant tout type de colis par des transporteurs professionnels", poursuit-il. Spécificité de Coursier Privé : proposer un "écosystème" de la livraison, et pas seulement un réseau de coursiers. "Notre solution propose une meilleure maîtrise des coûts et de la flotte", précise Arnaud Marlois.

Une flotte de coursiers professionnels et connectés

Marchands, e-marchands, entreprises ou encore logisticiens, transporteurs urbains ou transporteurs nationaux, la société propose une solution 3 en 1, de l’optimisation des flux de livraisons à l’outil qualitatif de gestion de flotte géolocalisé en passant par la mise en relation des différents acteurs. "Nous proposons un service de livraison pour nos marchands en optimisant la mise en relation avec notre flotte de coursiers connectés sous-traitants". Le réseau est entièrement composé de coursiers professionnels travaillant pour une quarantaine de sociétés, sur tout type de format et de véhicule, du coursier à pied au cycliste en passant par  l’utilitaire. La facturation se fait au nombre de kilomètres parcourus. Cette intermédiation digitale permet pour un marchand de connecter ses propres coursiers ou de faire appel aux coursiers de la jeune pousse. A l'inverse, les coursiers de la start-up proposent à leurs clients de passer commande sur les interfaces Coursier-privé en marque blanche. "Cet écosystème a le mérite de nous donner accès très rapidement a beaucoup d'utilisateur de manière tout à fait saine et organique", se réjouit Arnaud Marlois.

C’est par le digital que la jeune pousse veut se différencier en proposant aux professionnels une expérience de livraison sur-mesure. "Nous digitalisons les sociétés de transports afin de maximiser leurs taux de connexion à nos applications, mais surtout pour leur permettre de développer leur activité grâce à notre logiciel de livraison SaaS", détaille encore le codirigeant. Les différentes prestations sont activables en fonction des besoins des utilisateurs, qu'ils soient marchands et/ou transporteurs. Tout e-commerçant peut intégrer le service de livraison dans son site web via des plugins e-commerce ou une Documentation API. Les coursiers ont quant à eux accès à une application spécifique qui leur donne une feuille de route optimisée. "Nous pouvons proposer des courses supplémentaires en fonction de la flotte disponible". Derrière cette logistique réglée au millimètre, la data et le machine learning, qui permettent le dispatching des courses automatisé.

Intégration dans le programme d’incubation Paris&Co

A l’heure où les solutions de livraison se multiplient, Coursier privé tient à se différencier grâce à son service de livraison 2.0 et à un positionnement exclusivement  B2B, mais aussi sur l'offre. Il propose ainsi une "offre 3h", de 19h à 22h intramuros, afin de livrer les commandes en ligne faites en journée au domicile des clients et internautes le soir chez eux, à leur retour du travail. "Les divers produits proposés au sein de notre écosystème de livraison innovants sont très complémentaires, et nous permettent de grandir de manière organique", précise-t-on chez Coursier Privé. La start-up mise naturellement sur la bataille des prix en revendiquant des courses jusqu’à 50% moins chères qu’avec un coursier traditionnel. Avec, pour objectif final, de pousser les entreprises à externaliser leur service de livraison. "Coursier Privé veut faciliter la vie des transporteurs et lui apporter du volume d’affaires, mais aussi améliorer leur image en les rendant plus efficaces grâce au digital", résume le jeune entrepreneur.

Pour réussir, la société mise sur de nombreux tests menés en 2015, notamment au côté de l’enseigne Franprix dans le 16e arrondissement parisien et à Levallois-Perret (92). Côté projet, la société veut stabiliser son offre sur Paris pour la déployer dans d'autres villes françaises dès 2016 et européennes en 2017. Après une installation chez Numa en 2015, elle va dès le mois de juin intégrer l’incubateur de la Mairie de Paris, Paris&Co, qui devrait lui ouvrir les portes vers des grands comptes. Pour Arnaud Marlois, "nos solutions peuvent vraiment aider les grandes sociétés de transport à gagner la bataille du dernier kilomètre. Parfois surnommée le "Uber de la livraison", la start-up préfère être comparée à Booking.com, "car nous pratiquons l’affiliation des coursiers professionnels, comme Booking le fait pour les hôtels". Avec une croissance de 25% sur les six derniers mois, elle pourrait lever des fonds pour accélérer son développement. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA