Covid-19: trouver le difficile équilibre entre la santé et l’économie [Billet]

|
équilibre

Bien des avis divergent entre les experts de pacotille et les véritables sachants. Finalement, peu importe leurs logorrhées ou solides arguments. Il convient avant tout de protéger ses proches et toutes les personnes fragiles.

Mais il faut admettre que notre économie ne supportera pas une nouvelle longue et complète période de confinement. Pour éviter une explosion des hospitalisations et des décès, une multiplication des fermetures définitives d’usines et de magasins, il revient au gouvernement de travailler en totale concertation avec tous les professionnels de santé et, en même temps, tous les acteurs de la vie économique. Il s’agit de trouver le bon et juste équilibre entre la protection sanitaire et la protection économique. L'un ne pouvant se faire au détriment de l'autre, les deux devant être pensés et activés en parfaite coordination.

Comme en mars et en avril, l'heure est à l’union sacrée. La grande différence étant qu'il s'agit de protéger à la fois notre santé et notre économie, notre quotidien personnel et notre vie professionnelle... Un équilibre précaire mais nécessaire à l’approche des fêtes de fin d’année. Un trop fort durcissement des mesures aurait des conséquences dramatiques pour les commerçants, leurs fournisseurs et leurs prestataires à l'approche de cette période commerciale intense et vitale. Ces samedis où de très nombreuses enseignes totalisent entre 30 et 50% de leur activité hebdomadaire. Ces dimanches qui historiquement accueillent les clients qui préparent leurs réveillons et achètent leurs cadeaux. Ces quelques semaines avant le 25 décembre permettront à bon nombre d’entreprises - notamment dans le textile et l’habillement - de passer ou non le cap de cette année 2020 si étrange et désarmante. Mais quelle sera la définition du Gouvernement de la «continuité de l'activité économique», quels seront les magasins définis comme «essentiels» et pourront ne pas fermer, avec à la clé toutes les questions de distorsion de concurrence que cela pose entre les magasins et l’e-commerce mais aussi entre les magasins spécialisés (fermés) et les hypermarchés (ouverts)? Autant de réponses qu’il faudra fournir pour que le choix ne se résume pas entre l’hôpital ou le chômage.

Encore une fois, l’équilibre est précaire entre le traitement de choc (un confinement strict pour protéger les Français) et celui à la carte (des restrictions par zones et typologies des Français pour sauvegarder les emplois). Il convient, sans dogme et sans corporatisme, de tout faire pour s’en approcher. Quel que soit la décision d’Emmanuel Macron - qui à ne pas en douter ne plaira pas à tout monde (une des rares certitudes) -, il conviendra de la respecter. Pour ne pas se contenter de repousser le problème à quelques semaines… Et pour le bien tous.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations