Marchés

Création d'un Office national du lait pour peser sur le marché

|

Des responsables de l'APLI, l'association de producteurs laitiers qui avait organisée la grève du lait à l'automne 2009, ont déposé à Angers les statuts d'un "Office national du lait", l'outil de régulation du marché du lait qu'ils appellent de leurs voeux. L'APLI souhaite, d'ici à trois ans et la fin programmée des quotas laitiers, substituer cet office au Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière (CNIEL) qui réunit actuellement transformateurs, coopératives et la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), la branche laitière de la FNSEA, qui est jugée "trop faible" et "trop peu représentative" des agriculteurs. Selon l'APLI, le projet d'office aurait déjà réuni 12.000 promesses d'adhésions (sur près de 80.000 producteurs laitiers en France) représentant près de 4 milliards de litres de lait, soit 20% de la production nationale. Mais les plus importants acteurs industriels, comme Lactalis ou Bongrain, n'ont pas encore donné leur accord.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message