Crédit à la consommation: Hamon évoque une « amélioration » du dispositif

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le ministre délégué à la Consommation souhaite mieux encadrer le crédit à la consommation, notamment sur l'offre de crédit amortissable.    

Benoit Hamon

Le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, reste "convaincu qu'il faut améliorer les choses" en matière d'encadrement du crédit à la consommation, malgré les constatations du rapport Athling qui dépeignent un secteur déjà modifié en profondeur. Pour le ministre, "il faut faire faire un progrès à l'encadrement" du crédit à la consommation en général et du crédit renouvelable en particulier a-t-il déclaré en marge d'un séminaire sur la finance responsable.

Renforcer la loi Lagarde

Il a notamment mentionné la faible proportion d'établissements (9%) qui proposent systématiquement, en magasin, deux offres de crédit, l'une renouvelable l'autre amortissable, pour des montants supérieurs à 1 000 euros. La loi Lagarde, qui porte réforme du crédit à la consommation, impose aux établissements de crédit de disposer d'une offre alternative au crédit renouvelable pour des montants supérieurs à 1 000 euros, mais pas de la proposer.

Abaisser le seuil des 1 000 euros

Pour M. Hamon, "il y a encore des trous dans la raquette" et il faut notamment s'assurer que l'offre de crédit amortissable (avec un échéancier de remboursement défini à la signature) soit systématiquement proposée. Le ministre a également estimé qu'un éventuel abaissement du seuil de 1 000 euros, à partir duquel deux offres doivent être systématiquement disponibles, pourrait être examiné.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA