Crise de la modernité, écologie et écologie de soi

|

Dossier L'analyse de Nathalie Damery, présidente  et Co-fondatrice de L'ObSoCo - L'Observatoire Société et Consommation

La plupart des observateurs en conviennent : l’époque que nous traversons marque l’épuisement de l’utopie de la modernité, en particulier dans sa promesse de progrès, d’un demain meilleur qu’aujourd’hui. Les symptômes de cette crise de la modernité s’expriment, sur fond de pessimisme, par la défiance généralisée à l’égard des institutions et des grands acteurs économiques et par le désir de « table rase » tant politique qu’économique. Cette crise de la modernité se manifeste « contre » et au travers la volonté d’autres choses, rarement définies de manière consensuelle, en rupture plus ou moins marquée avec les valeurs de progrès.

Pour autant, interrogés sur les perspectives utopiques, les Français placent l’utopie écologique nettement en tête des aspirations (tout en partageant de nombreux points communs avec les aspirants à l’utopie sécuritaire) avec, entre autres, une valorisation des notions de « naturel », de « naturalité », de « sain » et, corrélativement, le rejet de « l’industriel », de « l’artificiel », du « transformé ».

L’éthique de la purification

De l’habitat à la cosmétique, aucun secteur n’échappe à ce désir de « naturalité ». Là où il se manifeste le plus est dans l’imaginaire de l’alimentaire. Une partie des personnes interrogées dans notre Observatoire du rapport à l’éthique et à la qualité dans l’alimentaire s’inscrivent clairement dans une ligne de conduite en cohérence avec l’éthique du « moins » et du « sain » et de la purification.

Les mangeurs « sains » sont extrêmement attentifs à ce qu’ils mangent, aux effets de l’alimentation sur leur santé, aux risques liés à l’alimentation et à la composition des produits alimentaires. La moitié d’entre eux s’inscrivent dans une démarche militante. Cette quête les pousse à modifier en profondeur leurs comportements et leurs régimes alimentaires. Ils sont les plus critiques du modèle de consommation actuel et sont particulièrement sensibles à l’environnement et à la cause animale,

À la fois égocentrés et engagés pour l’écologie, ce groupe de mangeurs sains s’exprime finalement dans une forme d’« écologie de soi ». S’alimenter sainement n’est pas seulement une occasion de répondre à des exigences sanitaires et alimentaires propres à la construction d’un corps sain, mais également « une manière de penser le monde et de le pratiquer ».

1. Observatoire des perspectives utopiques, L’Obsoco (Observatoire société et consommation), 2019.

2. Observatoire du rapport à l’éthique et la qualité, L’Obsoco, 2020.

3. Camille Adamiec, Devenir sain : des morales alimentaires aux écologies de soi, Presses universitaires de Rennes, 2016.

à retenir
  • Le rejet de la modernité entraîne celui des produits jugés « industriels » ou très « transformés ».
  • Cette tendance s’exprime particulièrement à propos de l’alimentation.
  • Les « mangeurs sains » conjuguent   « soin de soi » et « soin du monde ».
La vocation de L’Obsoco est de comprendre les mutations de la société et de la consommation et d’élaborer des stratégies d’adaptation. Son équipe d’économistes et de sociologues utilise ces disciplines pour appliquer ses grilles d’analyse propres.
Le rejet du progrès
Répartition des Français selon l’utopie vers laquelle ils tendent
Source : L’Obsoco, Ademe, Bpifrance, Chaire ESCP-E. Leclerc BearingPoint 2019, Observatoire des perspectives utopiques, L’Obsoco, 2019
Une aspiration à consommer mieux
Laquelle de ces affirmations correspond le mieux à ce que vous pensez ?
Source : L’Obsoco, Ademe, Bpifrance, Chaire ESCP-E. Leclerc BearingPoint, 2019, Observatoire des perspectives utopiques, L’Obsoco, 2019
Une vision négative de l’industrie
Veuillez donner une note de - 5 à + 5 à chacun de ces mots selonce qu’ils évoquent chez vous lorsque vous pensez à un monde idéal
Source : L’Obsoco, Ademe, Bpifrance, Chaire ESCP-E. Leclerc BearingPoint, 2019, Observatoire des perspectives utopiques, L’Obsoco, 2019
Des comportements majoritairement modifiés
Dans quelle mesure avez-vous intégré la protection de l’environnement à vos comportements de consommation?
Source : L’Obsoco , Ferrero, GS1 France, Sodebo, Observatoire du rapport à la qualité et à l’éthique dans l’alimentaire, 2020
Une inquiétude pour la santé
Quand vous pensez aux effets possibles sur votre santé des alimentsque vous pouvez être amené à consommer, vous vous sentez ...
 
Source : L’Obsoco, Ademe, Bpifrance, Chaire ESCP-E. Leclerc BearingPoint 2019, Observatoire des perspectives utopiques, L’Obsoco, 2019
La possibilité de manger moins
Dans quelle mesure êtes-vous d’accord avec l’affirmation « Nous pourrions vivre en mangeant beaucoup moins » ?
 
Source : L’Obsoco , Ferrero, GS1 France, Sodebo, Observatoire du rapport à la qualité et à l’éthique dans l’alimentaire, 2020
Les régimes stricts restent ultraminoritaires
  • 75% des Français mangent de tout
  • 11.3% se disent flexitariens, limitant et régulant leur consommation de viande
  • 1.3 % mangent exclusivement bio
 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2601

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message