Crise des éleveurs : l’ensemble des acteurs de la filière de nouveau réunis

|

Dossier Alors que les principales mesures du plan de soutien à l’élevage français sont désormais connues,  l’ensemble des acteurs de la filière devait de nouveau se réunir à 16h30 ce mercredi 22 juillet 2015 au Ministère de l’agriculture. Objectif de la rencontre : que les engagements pris soient tenus !

C'est à la sortie du conseil des ministres ce mercredi 22 juillet au matin que Stéphane Le Foll la dévoilé les 24 mesures du plan de soutien à l'élevage.
C'est à la sortie du conseil des ministres ce mercredi 22 juillet au matin que Stéphane Le Foll la dévoilé les 24 mesures du plan de soutien à l'élevage.

La rédaction vous conseille

C’est depuis le Palais de l’Elysée, à la sortie du conseil des Ministres ce mercredi 22 juillet 2015 que Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture et Manuel Valls ont dévoilé les 24 mesures contenues dans le plan de soutien aux éleveurs. Au total, une enveloppe de 600 M€ a été débloquée. Le fonds d’allègement des charges (FAC) doit être porté à 50 M€. La Banque publique d’investissement pourra garantir jusqu’à 500 M€ de crédits bancaires de trésorerie aux entreprises du secteur de l’élevage pour leur permettre de faire face à l’ensemble de leurs besoins. La prochaine échéance du paiement des cotisations personnelles et employeurs de sécurité sociale pourra être reportée. Au-delà de ces mesures d’urgence, d’autres mesures structurelles ont été présentées afin de permettre aux éleveurs de conquérir de nouveaux marchés, notamment à l’international,  également de diversifier leurs sources de revenus et enfin de restaurer la compétitivité de la filière.

La revalorisation des prix, priorité absolue

Pour autant, le respect des hausses de prix reste le sujet numéro un et doit  se traduire par « une poursuite de la mobilisation des abatteurs, transformateurs industriels laitiers et acheteur de la grande distribution », mentionne le plan de soutien à l’élevage français.

Alors que le médiateur des relations commerciales agricoles François Amand a anticipé d’un jour la remise de son rapport sur l’application de l’accord du 17 juin 2015 portant sur la revalorisation des  prix agricoles, cette question devrait être de nouveau sur la table lors de la réunion de l’ensemble des acteurs de la filière prévue à 16h30 ce mercredi 22 juillet.

Les distributeurs montent au créneau...

En attendant cette réunion, distributeurs et acteurs de la filière n’ont pas manqué de faire entendre tout au long de la journée leurs voix à coup de communiqué de presse. Ainsi, Lidl France n’hésite pas à rappeler que « la société a pris en compte les demandes des éleveurs, notamment en ce qui concerne les hausses tarifaires de ces dernières semaines.(…) Lidl n’est pas en lien direct avec les éleveurs mais avec les industriels. (…) Les industriels de la viande ne joue pas le jeu ! »

Dans une lettre adressée un peu plus tard dans la journée au ministre de l’agriculture, la FCD a renouvelé son engagement en  faveur de l’élevage bovin et rappelé que « la grande distribution ne peut toutefois pas accepter d’être la seule à s’engager pour sauver l’élevage français ». Et de pointer là encore du doigt « les abatteurs (qui) doivent immédiatement répercuter aux éleveurs la totalité des hausses acceptées par la grande distribution. ».

La guerre des prix en cause

Quant à l’ANIA, elle ne manque pas dans une tribune signée par son président Jean-Philippe Girard et publiée ce matin sur le site de la Fédération d’apporter son  soutien aux éleveurs. L’occasion de dénoncer la course aux prix les plus bas, dont l’industrie agroalimentaire est également victime.

Enfin, « l’Association nationale interprofessionnelle du Bétail et des Viandes (Interbev) prend acte avec satisfaction dans un communiqué de la volonté du gouvernement de déployer des mesures à la fois conjoncturelles et structurelles pour répondre à la situation de crise particulièrement grave que traverse la filière bovine française ».

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message