Tout le dossier Tout le dossier

Crise des éleveurs : les acteurs de la filière jouent la carte de l’apaisement

Après une semaine sous très haute tension, les barrages commencent à se faire moins nombreux sur les axes routiers. Pointés du doigt par les distributeurs, les industriels de l’abattage sortent du silence et tentent d’expliquer pourquoi toutes les hausses n’ont pas pu être passées auprès des éleveurs bovins. Quant à l’interprofession, elle appelle à l’apaisement et  à la poursuite des efforts engagés.

Partager
Crise des éleveurs : les acteurs de la filière jouent la carte de l’apaisement
le président d'Interbev appelle à l'apaisement les différents acteurs de la filière bovine

Après la réunion qui s’est tenue mercredi 22 juillet au Ministère de l’agriculture mettant de nouveau autour de la table l’ensemble des acteurs de la filière, industriels et distributeurs multiplient les messages de soutien et d’apaisement à l’égard des éleveurs. "Le rapport du médiateur sur l’application de l’accord du 17 juin 2015 a permis de mettre les choses à plat. Dans la revalorisation des prix, certains objectifs ont été atteints, d’autres le sont en partie. On ne peut pas ignorer la situation de désespérance des éleveurs. Le processus qui doit permettre d’arriver à une couverture des coûts de revient des éleveurs est enclenché et doit se poursuivre", insiste Dominique Langlois, directeur général d’Interbev dans un entretien téléphonique accordé à LSA.

Les industriels de l’abattage pointés du doigt

Pas question pour l’interprofession du bétail et des viandes qui porte les voix des différents acteurs de la filière de dresser les uns contre les autres. Un exercice d’équilibriste tant ces derniers jours, les industriels de l’abattage ont été pointés du doigt, accusés par la grande distribution de ne pas jouer le jeu et mis en cause par le rapport du médiateur des relations commerciales agricoles remis ce mardi 21 juillet au Ministre de l’agriculture. "Nous soutenons les éleveurs car, sans élevage il n’y a pas d’outil de production", déclare sans détours Paul Rouche, directeur délégué du SNIV-SNCP, syndicat qui regroupe les entreprises industrielles françaises d’abattage-découpe.

Une situation complexe

De bonnes intentions difficiles à mettre en œuvre immédiatement pour les industriels de l’abattage, dont seulement un tiers des volumes est écoulé auprès de la grande distribution. "Les enseignes ont effectivement joué le jeu mais ce ne sont pas nos seuls clients", fait remarquer Paul Rouche. Ainsi les coproduits achetés notamment par les industriels du petfood qui constituent un autre débouché important pour les industriels (un tiers des volumes) n’ont fait l’objet d’aucune revalorisation. Tout comme les produits de la restauration collective et du circuit hors foyer ainsi que les viandes vendues à l’export. "Ces acteurs n’ont manifesté aucune volonté d’acheter plus cher nos produits. Dans ces conditions, il est difficile pour l’industrie de l’abattage, dont les marges nettes sont inférieures à 1% de revaloriser les prix payés aux éleveurs de bovins", explique Paul Rouche. Et de rappeler que l’industrie de l’abattage a cette année été marquée par le dépôt de bilan des opérateurs GAD et AIM.

Le made in France encouragé

Dans le plan de soutien à l’élevage figurent des mesures pour favoriser l’approvisionnement local notamment dans le circuit de la restauration collective. "Mais cela suppose de nouveaux contrats, de répondre à des appels d’offres et cela prendra forcément du temps", insiste Paul Rouche. Quant aux marchés à l’export, la Grèce constitue le principal débouché pour les jeunes bovins. Marché depuis peu fermé en raison de l’incapacité des banques grecques à honorer leurs créances. L’Italie constitue bien un autre débouché pour les viandes françaises à l’export mais là aussi, impossible selon le SNIV-SNCP, de faire passer des hausses aux acheteurs alors que la viande bovine polonaise domine le marché italien.

Après cette semaine sous haute tension et l’intervention des pouvoirs publics, chaque partie semble cette fois déterminée à jouer le jeu de la revalorisation des prix. "C’est la première fois depuis des décennies qu’un accord réunissant l’ensemble des acteurs de la filière est trouvé. Cette situation inédite a pu créer des hésitations de la part des uns et des autres. Il faut continuer les efforts engagés", conclut Dominique Langlois

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Distributeurs

Crise porcine : les distributeurs favorables à la création d’un fonds de solidarité pour les éleveurs

Economie

[Crise agricole] Stéphane Le Foll détaille les aides globales à l'agriculture

Economie

Les manifestations agricoles se poursuivent en Bretagne et dans le Sud-Ouest

Economie

Stéphane Le Foll tente d'endiguer la colère des agriculteurs

MDD

Auchan s’engage avec deux partenaires producteurs pour sortir de la crise laitière

Législation & Economie

Le salon de l'Agriculture se tiendra en pleine crise de volatilité des prix des produits agricoles

Producteurs Laitiers

Crise laitière : Stéphane Le Foll appelle les acteurs à suivre les recommandations du médiateur

Economie

Interview de Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la Forêt : "Les distributeurs ne sont pas responsables de la crise agricole"

Législation & Economie

Crise agricole : Manuel Valls annonce 3 milliards d'euros d'aide sur trois ans

Economie

Qui est (vraiment) Xavier Beulin, le président de la FNSEA ?

Frais non laitier

Crise agricole : "Nous demandons à la grande distribution la constitution d’un fonds de financement"

Prix

Crise laitière : les fédérations veulent des mesures d'urgence

Frais non laitier

Les éleveurs se rassemblent à Paris pour promouvoir les "Viandes de France"

Economie

Crise agricole : les distributeurs jouent-ils le jeu ? [Diaporama]

Frais non laitier

Crise de la filière porcine : Bigard et la Cooperl, grands absents de la réunion au ministère de l’Agriculture

Frais non laitier

Bercy détaille les mesures de soutien aux éleveurs

Distribution

Prix du lait : accord trouvé pour une revalorisation

Distributeurs

Crise des éleveurs : l’ensemble des acteurs de la filière de nouveau réunis

Frais non laitier

Crise des éleveurs : "Viandes de France", le nouveau logo qui existe déjà...

Industriels

Eleveurs : pourquoi la tension ne retombe pas ?

Frais non laitier

Crise des éleveurs : selon Stéphane Le Foll, 10% des éleveurs au bord du dépôt de bilan

Distributeurs

Les centres E. Leclerc soutiennent les éleveurs de porc, bœuf et lait

Distributeurs

Xavier Beulin (FNSEA) craint des actions de désespoir des producteurs durant l'été

Distributeurs

Le soutien aux éleveurs bovins, enjeu de communication des distributeurs

Distributeurs

Lidl soutient les éleveurs bovins

Distributeurs

Crise agricole : les producteurs s'en prennent à des supermarchés dans l'Ouest

Distributeurs

Crise du bœuf: des abattoirs bloqués un peu partout en France

Distributeurs

Prix du porc: Agromousquetaires affirme sa démarche de soutien aux éleveurs

Frais non laitier

Crise de la filière porcine : réunion sous haute tension au ministère de l’Agriculture

Frais non laitier

Accord transatlantique : les professionnels de la filière bovine partent en campagne auprès des élus et de l’opinion publique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

Harry Hope

Comptable Mid-Level (H/F)

Harry Hope - 03/02/2023 - CDI - Thionville

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ZESTIA

ZESTIA

L’immobilier comme vous ne l’avez jamais vécu.

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS