Marchés

Crise du lait : « les distributeurs doivent bouger »

|

En pleine négociations commerciales entre les industriels et les distributeurs, Olivier Picot, président de la Fédération Nationale des Industriels Laitières (FNIL), a tiré la sonnette d’alarme sur la situation du lait en France.

O_Picot_1909

La filière laitière se trouve dans une situation catastrophique en France : le prix du lait a flambé en 2013 avec une hausse de 9 % à 344 euros/1 000 litres. Ainsi, la facture supplémentaire pour la transformation laitière s’élève à 700 millions d’euros quand le résultat net est de 300 millions d’euros. Et pour 2014, les indicateurs indiquent d’un nouveau record de prix du lait va encore être battu. Mais outre l’impact de la hausse des matières premières, « nous sommes dans une impasse commerciale avec la grande distribution qui se livre une guerre des prix », indique Olivier Picot, président de la Fédération Nationale des Industries Laitières (FNIL)

 

« Sauver le soldat Papin »
Alors que les matières premières ont cru, le prix en magasin tend à baisser (-1 % pour les produits laitiers), engendrant ainsi une spirale déflationniste. Aujourd’hui, les entreprises laitières ne pourront pas vivre un nouveau choc d’une telle ampleur et une telle situation pourrait engendrer des conséquences pour la filière française en termes de perte d’emploi et de fermetures d’outils industriels. « Nous appelons les distributeurs à bouger et à prendre conscience des difficultés de la filière comme l’a fait Serge Papin (Système U). Il faut sauver le soldat Papin ! », confie Olivier Picot.


Selon le président de la FNIL, dans ce contexte, il n’y a pas de méchant mais plutôt un problème politique. « La guerre des prix, c’est une volonté politique. Mais aujourd’hui, au niveau légal, nous n’avons aucune marge de manœuvre », ajoute-il. Mais dans ce rapport dominant (distributeur)-dominé (industriels), la grande distribution ne peut pourtant pas se passer des produits laitiers dans ses rayons (2ème poste de dépense alimentaire des ménages français). « La solution ne réside pas forcément uniquement sur les hausses de tarifs mais il faut trouver un système pour être gagnant sur toute la chaine (producteur-transformateur et distributeur). Aujourd’hui, nous faisons des affaires avec cinq distributeurs et il n’est pas question d’en perdre un ».

1 commentaire

helene

19/02/2014 15h24 - helene

Comment oser dire que le prix du lait à flamber quand on connait les revenus des exploitants agricoles ? Le prix affiché n'est que la barre haute des tarifs du lait (il y a au moins 3 tarifs différents, cela fonctionne un peu comme l'impôts sur le revenu, il y a des tranches). Et par ailleurs ce prix ne permet pas de bénéficier d'un revenu décent pour des professionnels qui travaillent 70 heures par semaine sans sortir un smic de leur activité. Sachant que l'industriel va plus investir dans le pot contenant le yaourt que dans le lait permettant de le produire, c'est un scandale ! Il faut accepter de payer le travail en France, et en premier lieu celui des agriculteurs.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter