Croissance modérée pour les vins effervescents

|

Toujours sur une bonne dynamique, les vins effervescents voient leur progression un peu ralentie. Mais font toujours de meilleurs scores que les champagnes.

Chiffres

  • + 3,8% L'évolution en valeur des vins effervescents, à 431,2 M€, en HM et SM,CAM au 30 octobre 2011
  • + 0,7% L'évolution en volume des vins effervescents

Source : SymphonyIRI

Les bulles ne pétillent pas de la même façon pour tout le monde. Au rayon des champagnes, l'heure est à la baisse des volumes (- 4,2%, CAM au 30 octobre 2011, selon SymphonyIRI). Du côté des vins effervescents, la situation n'est pas la même. Même s'ils ne flirtent plus avec les niveaux de croissance de ces dernières années, même si les volumes se stabilisent, ces boissons connaissent une évolution en valeur assez enviable et durable. « Il y des interrogations concernant le comportement des consommateurs en fin d'année, mais nous ne sommes pas pessimistes. Ils ont compris qu'ils pouvaient trouver de bons rapports qualité-prix avec des vins effervescents autres que du champagne », fait valoir Virginie de Marles, directrice marketing de Jaillance. « Le marché des crémants se porte bien, car il s'agit de bulles de qualité, défendues par l'AOC.», indique pour sa part Olivier Sohler, directeur de la Fédération nationale des producteurs et élaborateurs de crémant.

Une réelle identité régionale

LES TENDANCES

  • La qualité est de plus en plus prisée par les consommateurs et les producteurs, qui jouent la carte du haut de gamme.
  • Le rosé, comme dans le champagne ou les vins tranquilles, est une couleur à la mode et très demandée.
  • Les vins effervescents sans alcool progressent fortement et rajeunissent leur public.

Appellation de loin la plus importante numériquement avec ses 32,4 millions de cols vendus en 2010, le crémant d'Alsace enregistre une avancée de + 1,7%. Celui de Bourgogne est à + 4,1%, celui de Loire à + 7,1% et celui du Jura à + 1,3%. Quant au crémant de Limoux, à + 22% pour 4,1 millions de cols, ses volumes dépassent ceux de la célèbre blanquette. « Le crémant a une réelle identité régionale déclinée en sept appellations. », poursuit Olivier Sohler. Le crémant d'Alsace entend bien continuer sa stratégie de montée en gamme en proposant l'an prochain un produit équivalent à un grand cru, le crémant d'Alsace Fer de Lance.

Sur l'ensemble des effervescents AOP, les gagnants sont les produits d'origine étrangère, avec une augmentation des volumes de + 16,3% (CAM au 31 juillet 2011 selon SymphonyIRI). Une belle santé à mettre principalement au compte de l'espagnol Freixenet, très actif tant en GMS qu'en CHR, et qui cultive son image de marque tendance. Du côté des AOP hexagonaux, le crémant d'Alsace est, on l'a vu, dynamique (+ 2,8% en volume, CAM au 31 juillet 2011). La clairette de Die se porte bien, avec des ventes en volume en hausse de + 2,2%, ainsi que le crémant de Loire. En CAM, le crémant de Bourgogne est stable, tout comme le saumur, tandis que le vouvray et la blanquette sont en retrait.

Bonne surprise du côté des vins effervescents sans alcool, à + 12,6% en volume (pour 3 millions de cols). Jaillance veut exploiter cet engouement et lance en fin d'année en GMS Bulles de Muscat, un vin effervescent premium déjà testé dans les circuits spécialisés. « C'est un produit intergénérationnel, avec un goût qui plaît à la fois aux adultes et aux enfants », précise Virginie de Marles.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 3HSB2011

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message