Crosscall, la marque provençale de smartphones tout-terrain qui vise l’international

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Née à Aix-en-Provence, Crosscall vient de signer une levée de fonds et de recruter l'ex-président de Samsung France : David Eberlé. Mission : développer sa présence dans les réseaux de distribution et chez les opérateurs et de développer à l’international. Focus sur une société "made in France" qui cartonne sur un marché de niche.

Crosscall Trekker
Crosscall Trekker© Crosscall

Levée de fonds de 4,5 millions d’euros, arrivée de David Eberlé (ex-président de Samsung Electronics France) comme associé et vice-président de la société… L’actualité de Crosscall ne laisse pas indifférent. Et le constructeur de smartphone d’Aix-en-Provence (13) affiche ses ambitions. "Cette levée de fonds et l’arrivée de David va permettre de conforter l’entreprise sur les réseaux de retail traditionnels et des opérateurs, ainsi que de se développer à l’international", indique Cyril Vidal, PDG et fondateur de la société.

Une aventure séduisante
"Aujourd’hui, la marque grandit. Elle a besoin de communiquer plus fermement, d’être plus proche de ses clients et de montrer son ADN, le côté fun, sportif, sympathique et plein de valeurs…", poursuit-il.  Et c’est bien cet aspect qui a retenu l’attention de David Eberlé ! "Ce qui m’a séduit, c’est l’aventure. J’en ai vécu une extraordinaire pendant 16 ans chez Samsung, mais j’avais soif d’en vivre une autre, une différente. La rencontre avec Cyril m’a séduit. Il y a un challenge incroyable à relever. C’est une entreprise sympathique, avec une marque sympathique, un projet sympathique, et un potentiel incroyable." Selon l’ex-patron de Samsung, Crosscall a la capacité de tripler son chiffre d’affaires sur la France, mais surtout un énorme potentiel à l’international.

Cap sur l’international
"Cette histoire qui est écrite pour le marché français par Cyril depuis 6 ans, est une histoire que l’on va dupliquer. Les fondamentaux sont écrits, les bases sont solides. Aujourd’hui 50 personnes travaillent pour Crosscall en France et un peu à l’international". Déjà présente en Belgique, en Espagne et au Portugal, la marque vise à très court terme l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie. Mais pas uniquement ! "On est une société  qui avance vite, on va regarder dans les pays proches de chez nous mais il y a des grands pays de l’outdoor, comme les pays nordiques, l’Australie ou les Etats-Unis qui sont des cibles potentielles énormes pour lesquelles on va se préparer. On ne va pas y aller la fleur au fusil, mais quand on sera bien prêt, on va les attaquer. C’est un objectif à moyen terme". Un moyen terme relativement court, puisque la marque s’est fixé 18 mois pour cibler ces nouveaux marchés.

Les smartphones de niche, la clé du succès ?
Si Cyril Vidal parle de succès mesuré, Crosscall a doublé son chiffre d’affaires en 2014 et en 2015 et mise sur le même taux de progression en 2016. Objectif de l’année : 35 millions d’euros de chiffres d’affaires, contre 17 en 2015. Des revenus minimes, certes, par rapport aux chiffres réalisés par Samsung, Apple, Huawei, LG ou Sony en France, mais Crosscall semble trouver sa place sur un marché de niche : celui des smartphone outdoor. Sa force ? "Nous sommes constructeurs. Nous pensons notre marque, notre techno avec l’usage client au centre de nos préoccupations. Notre métier est de concevoir de A à Z  ", explique Cyril Vidal. Et s’il fabrique en Chine, Cyril Vidal insiste sur l’implantation de son centre R&D à Aix-en-Provence. Avec des hommes de choix. Bertrand Zecchi, ex ingénieur Décathlon, a ainsi été recruté en tant directeur de l’offre de la marque. Et Cyril Vidal d’ajouter : "Le propre de nos téléphones, c’est de pouvoir vivre toute expérience extérieure dans un environnement spécifique de manière cool et décontractée sans se poser la question sur les risques que peuvent endurer les produits de type smartphone."

Un essor rapide
La marque est née d’une passion et d’un besoin professionnel. Œuvrant dans le milieu du BTP, sur les chantiers, amateur de jet-ski, Cyril Vidal avait besoin d’un téléphone solide et doté d’une grande autonomie, mais aussi de pouvoir téléphoner n’importe où, question de sécurité. Ne trouvant rien d’adapté sur le marché, il décide de créer son propre modèle. En 2012, naît le Shark, un feature téléphone endurant (d’une autonomie de 2 à 3 jours), solide, étanche et surtout flottant.  
D’abord vendue chez Décathlon, Crosscall s’est ensuite développée chez Intersport, Sport 2000, Vieux Campeur, la Fnac… Depuis la marque a développé des smartphones (le Trekker) et est désormais distribuée dans des réseaux de distribution professionnels de type Point P ou la Plateforme du Bâtiment (groupe Saint-Gobain). Elle commence à s’implanter chez les opérateurs de téléphonie. Preuve du potentiel et d’un premier succès, elle sera bientôt présente dans 500 espaces SFR sur une table de démo. "C’est imminent", indique David Eberlé

Une équipe et une communauté investies
Autre force de la marque ? Les hommes. "On vit la boîte, on est des passionnés. Tous les gens qui rentrent chez Crosscallont envie d’être heureux." Mais surtout, Crosscall a su construire une véritable communauté "Nous avons mis en place un marketing digital très puissant, avec une communauté très active sur Facebook (plus de 47 500 fans) et Instagram". Crosscall a aussi su s’entourer d’ambassadeurs (Xavier Delerue, célèbre freerider, Cédric Gracia, champion de VTT...) qui incarnent son ADN et créer l’événement au travers de grands rendez-vous sportifs : High Five Festival, Roc D’Azur…

Evénement Flyboard Air by Zapata Racing : la vidéo

Et le constructeur a encore des projets dans les cartons. D’ici à la fin de l’année, il devrait lancer des produits très pointus répondant à des usages bien définis, comme un mobile pour les runners… "On a une croissance très forte, régulière, avec une rentabilité, un résultat positif depuis 3 ans, un objectif clair et précis et une feuille de route". Et pour accompagner cette ambition, l’entreprise pourrait signer une nouvelle levée de fonds dans les semaines à venir. A suivre de près !

David Eberlé, à gauche, et Cyril Vidal, à droite

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA