Culture Viande part en guerre contre les steaks végétariens

|

Face à la montée en puissance du traiteur végétal, les industriels de la transformation de viande refusent l’usurpation de l’identité de leurs produits. Le syndicat demande à l’Europe d’intervenir.

2 Steaks à l'Indienne Sojasun

Après avoir interdit le 14 juin 2017 aux produits végétaux de porter des appellations propres aux produits laitiers comme le beurre, le fromage, la crème ou le lait, la Cour européenne de justice pourrait bien se pencher cette fois sur les produits végétaux qui empruntent des dénominations propres à l’univers de la viande. A l’occasion de l’assemblée générale de Culture viande, syndicat regroupant les entreprises privées et coopératives de l’abattage, de la découpe et de la transformation des viandes, Paul Rouche, son directeur délégué a en effet annoncé avoir porté le dossier à  Bruxelles.

Une offre en pelin développement

Steaks, boulettes, nuggets, saucisses… au rayon traiteur végétal, en croissance de 125% à près de 40 M€, les références ont tendance à se multiplier. Ces produits développés pour certains par des industriels  de la charcuterie (Herta, Fleury-Michon, Jean Caby) peuvent même se retrouver implanter au rayon boucherie. De quoi créer la confusion. « Les associations anti viande se sont montrées efficaces », a reconnu Paul Rouche. Exposée à leurs attaques, l’industrie de la viande entend répliquer. « Il faut agir vite. Les produits végétaux parasitent l’univers de la viande », a insisté le directeur délégué de Culture Viande. Selon Paul Rouche, l’interprofession du bétail et des viandes (Interbev) a établi des contacts avec ces entreprises, mais il sera plus difficile de  convaincre sur ce sujet la DGCCRF. A moins que l’Europe s’en mêle et c’est tout l’objet de la démarche entreprise par Culture viande auprès de Bruxelles.

Dans un contexte de baisse structurelle de la consommation de viande et alors que Mc Do propose depuis quelques jours son grand veggie , hamburger végétarien de 750 calories, la filière entend ainsi réaffirmer les atouts de ses produits, à commencer par leur qualité nutritive et la traçabilité qu’ils offrent.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message