D'Aucy frappe fort dans le bio

|

La marque coopérative va proposer six référence s bio d'un seul coup, une stratégie de gamme encore inédite dans la conserve.

D’Aucy

Le bio est encore timide dans les conserves de légumes. Mais D'Aucy entend tout faire pour que cela change, avec l'arrivée de six références d'un coup. Des haricots verts, petits pois, flageolets, carottes, tomates pelées et une jardinière de trois légumes constituent la gamme D'Aucy bio, soit les piliers du rayon. « Tous les Français consomment du bio. Et il y a une forte demande sur le légume appertisé, car c'est quelque chose qui se rapproche encore plus de la nature. Nous sommes la marque leader en volume, donc, si quelqu'un doit faire du bio, c'est nous », argumente Armelle Guizot, chef de groupe D'Aucy.

 

Sans mise en scène ni décor

Avec une étiquette argentée, le parti pris est d'évoquer le côté brut de la conserve, pour mettre en évidence les légumes dans leur plus simple expression. D'ailleurs, chaque référence de la gamme apparaît sans mise en scène ni décor d'ambiance, à la différence du conventionnel. Pour réussir son implantation, D'Aucy souhaite voir le bio installé directement dans le linéaire légumes afin de toucher le plus grand nombre.

« Dans cet univers, nous marchons à l'envers, car la marque arrive après la MDD. Il nous faut donc capitaliser sur D'Aucy », souligne Armelle Guizot. Aujourd'hui, la moitié des conserves bio vendues sont en effet... de la ratatouille, majoritairement en marques propres. Et personne ne proposait encore un aussi large éventail de choix, ce qui constitue un bon point pour cette gamme, dont le prix est toutefois 70% plus élevé que le conventionnel (prix de vente indicatif compris entre 1,50 et 1,95 €) et 10% supérieur à ceux des marques de distributeurs bio.

Positionnée coeur de marché, elle va de plus intégrer le maïs bio (déjà existant), ce rapatriement venant ajouter une septième référence. La marque du groupe coopératif Cecab a mis au point des conserves avec moins de sel que les conserves classiques, et revendique des légumes « issus de l'agriculture biologique française » (sauf pour les tomates pelées, espagnoles), tout en précisant sur chaque emballage la saisonnalité associée, pour redonner le sens du temps au consommateur. Mais grâce au miracle de la conserve, la disponibilité se fera tout au long de l'année...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2246

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message