Danone : Franck Riboud confirme sa stratégie

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Après l'annonce de chiffres trimestriels conformes aux objectifs, le PDG du groupe souhaite poursuivre les investissements publicitaires et le développement dans des pays émergents.

Danone va bien, Danone sait où il va », a annoncé Franck Riboud devant ses actionnaires réunis en assemblée générale le 11 avril à Paris. Le PDG leur a expliqué que 2002 a été l'année de « la confirmation que notre modèle de développement fonctionne, que notre plate-forme de croissance est efficace ». La veille de l'assemblée générale, le groupe avait publié des résultats trimestriels conformes aux objectifs. Si le chiffre d'affaires baisse de 10 %, c'est en grande partie dû à la cession de Galbani, et à cause des effets de change. À taux de change et périmètre constants, le chiffre d'affaires progresse de 7,8 % (dont 5 % d'effet volume et 2,8 % d'effet valeur). Sur une base comparable, les pôles laitiers et boissons enregistrent des croissances respectives de 9,4 % et 11,4 %, alors que le pôle biscuits ne progresse que de 1,5 %. Par zones d'activité, l'Europe enregistre une croissance de 5,4 % des ventes, une progression inférieure à celles observées en Asie (+17,2 %) et dans le reste du monde (+8,8 %). Ce qui incite le groupe à maintenir un objectif de croissance du chiffre d'affaires comprise entre 5 et 7 %.

Investir sur les marques

Au niveau stratégique, aucun virage ni diversification massive vers de nouveaux métiers ne sont à attendre, explique le PDG, car « tous les relais de croissance, les leviers d'accélération, nous les avons déjà entre nos mains ». Le groupe est positionné, selon Franck Riboud, « sur les trois métiers qui offrent les meilleurs potentiels de développement de l'agroalimentaire », avec des niveaux de consommation par an et par habitant encore hétérogènes selon les pays, des marchés fragmentés offrant des possibilités de croissance externe, et des marges de progression sur les marchés mûrs.

En 2003, Danone devrait donc accélérer ses investissements dans des activités prolongeant ses métiers de base, comme récemment avec Eden Springs (voir encadré) et investir sur de nouveaux marchés, comme l'Afrique du Nord ou le Moyen-Orient, avec pour objectif de « construire une entreprise dont 40 % du chiffre d'affaires se fera dans les pays émergents ». Quant aux dépenses publicitaires, elles continueront d'être ajustées à la hausse. « Dans tous les pays où nous avons fortement accru cette année nos investissements publicitaires, les résultats ont été spectaculaires », assure Franck Riboud. Enfin, le PDG n'a pas échappé aux questions d'actionnaires sur les rumeurs d'OPA sur son groupe : « Techniquement, c'est possible. [ ] La réponse est dans vos mains, pas dans les miennes », a répondu Franck Riboud, précisant que le groupe a un projet qui ne demande pas à être aidé.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1810

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA