Marchés

Danone ne laissera pas filer l'Europe

|

Le leader mondial des produits laitiers frais qui tenait hier son assemblée générale à Paris a réitéré son souhait de ne pas laisser tomber l'Europe malgré un nouveau recul de la croissance (-5%) sur le premier trimestre 2013.

Frank Riboud
Frank Riboud© DR

"Je suis un entraîneur, un sélectionneur. J'ai un œil sur le match et sur les difficultés à venir", prévient Franck Riboud, PDG du groupe Danone. Des difficultés, certes, il y en a. Elles concernent le marché européen, qui ne représente plus que 40% des ventes du groupe, quand il en générait encore 60% il y a 5 ans. Voulant prendre le taureau par les cornes, Danone a annoncé la mise en place, en février 2013, d'un plan de restriction des coûts visant à dégager 200 millions d'euros d'économie d'ici deux ans. 900 postes seront supprimés dans 26 pays européens et un regroupement des forces par "cluster" sera effectué afin de simplifier le processus industriel, d'être plus réactif et de s'adapter aux fluctuations des différents marchés. "A court terme, l'Europe n'est plus un réservoir de croissance. Aujourd'hui, son rôle, c'est de se réinventer. Mais ces difficultés économiques sont peut-être une opportunité", détaille Franck Riboud.

Activer les leviers porteurs

Dans ce cadre, Danone va essayer de récupérer de la croissance en activant différents leviers. Pour s'adapter aux difficultés économiques, le groupe veut revenir sur les marchés avec des offres à moins de 1 euro. "Ces produits ne seront pas moins chers. Nous adapterons les références aux différentes cibles, avec des formats individuels ou familiaux", explique Bernard Hours, directeur général délégué de Danone. Le leader, qui va dépasser le milliard de consommateurs dans le monde, compte également investir sur des segments porteurs comme la nutrition. Par ailleurs, Danone veut développer les points de contacts directs avec ses consommateurs avec internet, le paiement en ligne et la distribution. "L'Europe peut être perçue négativement par rapport à des marchés qui enregistrent des croissances à deux chiffres mais certaines unités vont bien. Par exemple, avec l'arrivée du pot rond kiss, certaines de nos marques ont enregistré des progressions de 10 à 15% des ventes", ajoute Franck Riboud.

Pour le PDG, la priorité aujourd'hui est de jouer les vases communicants avec la croissance des pays émergents et les pays matures pour arriver à un équilibre. Pour le groupe, 2013 est vécue comme une année de transition, avant d'arriver dans une nouvelle ère de construction en 2014. "L'Europe donne une vision déformée de la réalité: Danone est une entreprise dynamique qui va continuer sa conquête et percer de nouveaux marchés comme l'Afrique", se défend Franck Riboud.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter