Darty commence mal l'année

|

Le chiffre d'affaires décroche de 8,6% sur les quatre premiers mois. Aux causes structurelles, avec la concurrence du web, se superpose une conjoncture morose, avec un marché de la TV en chute libre.

Bruno Crémel, le nouveau directeur général de Darty France, arrive aux manettes dans un contexte qui se détériore rapidement. Déjà confrontée aux défis structurels de l'électronique grand public, concurrencée par l'e-commerce, et à ceux de la distribution physique, qui doit se réinventer, l'enseigne est en plus rattrapée par la conjoncture morose.

Sur les quatre premiers mois de 2012, le chiffre d'affaires de Darty France a en effet reculé de 8,6% par rapport à l'année précédente. Cette baisse s'accélère par rapport à celle déjà signalée pour les derniers mois de 2011, où les revenus de Darty France avaient reculé de 2,2%. Comme d'habitude, c'est du côté du web qu'il faut chercher les bonnes nouvelles, les ventes en ligne ayant encore progressé de 13%. Autre satisfaction, les ventes de produits blancs et multimédia ont bien résisté.

 

Un constat européen

Kesa Electricals, la maison mère de Darty, inscrit en partie cette dégringolade dans le sillage de celle des ventes de téléviseurs. Un constat qui se vérifie partout en France, mais aussi en Europe, où les produits de visionnage décrochent de plus de 30%.

Dans l'Hexagone, le phénomène s'explique aussi par la fin de la fenêtre d'opportunité que constituait, jusqu'à l'an dernier, le basculement des régions vers le numérique. La faiblesse des ventes de TV, qui devrait se confirmer au prochain trimestre, explique aussi la vente de l'activité télécom de Darty à Bouygues Telecom, avec l'espoir que les nouveaux services développés par Bouygues pour sa box dopent les ventes de téléviseurs. Mais au passage, Darty France s'est privé d'un relais de croissance. Problématique pour une enseigne devenue le coeur de la galaxie de Kesa Electricals, qui a vendu Comet en février au Royaume-Uni.

Thierry Falque-Pierrotin, le DG de Kesa, a par ailleurs indiqué qu'il compte sur le développement du multimédia, et notamment des tablettes numériques, et du petit électroménager pour compenser la faiblesse actuelle du marché TV. Ces produits bénéficieront d'une réorganisation des espaces de vente.

LES ENSEIGNES SOUFFRENT

- 8,6% Le recul du CA de Darty France début 2012 versus année précédente

- 30% La baisse des ventes de TV pour le groupe en Europe

- 4% Le recul du CA de la Fnac au dernier trimestre 2011

- 9,6% La chute, en valeur, du marché de la télévision en 2011

Sources : enseignes, GfK

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2229

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message