Darty prévoit une année "difficile"

|

Quatre trimestres de recul forment un tout lui aussi en retrait. C’est d’une logique implacable et, dans ce contexte, la publication ce mercredi 19 juin des résultats annuels de Darty, pour son exercice 2012-2013, ne doit surprendre personne.

Darty
Darty© DR

Le groupe Darty a donc conclu son exercice annuel, clos le 30 avril 2013, avec un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d’euros, en recul de 2,5%. En France, où Darty réalise 70% de son activité, le recul est même de 4%. A magasins comparables, les évolutions ne sont pas non plus à l’avantage du groupe : -1,1% à l’échelle du groupe et -1,8% en France.

Le bilan financier est lui aussi « difficile » : 103,8 millions d’euros d’Ebitda, en baisse de 41%, et un résultat d’exploitation en plongeon de près de 67% à 38,7 millions d’euros.

Darty France fait mieux que le groupe

Voilà pour les mauvaises nouvelles. Mais place aux bonnes, maintenant, car il y en a. D’abord si l’on considère que l’entreprise gagne des parts de marché et de l’argent – encore heureux, bien sûr, mais toutes les enseignes ne peuvent en dire autant. Ensuite si l’on se penche sur les activités en France. Partout, dans le pays, Darty fait mieux que le groupe : 74,3 millions de résultat d’exploitation (c’était certes 106,8 millions d’euros l’année dernière) et 118,5 millions d’euros d’Ebitda (contre 168 millions un an plus tôt).

« Bien sûr, il y a le recul du chiffre d’affaires, qui nous inquiète, c’est une évidence, réagit ainsi Régis Schultz, directeur général de Darty. Mais je regarde finalement ce bilan d’une manière positive parce que, à tout bien considérer, une marge d’Ebitda qui est encore de 4,4%, sur nos marchés, ce n’est pas si mal que cela. »

Une année à venir qui s'annonce "difficile"

Reste que, malgré tout, c’est à « une année à venir difficile » à laquelle Régis Schultz s’attend. « Les conditions de marché et le mix produit devraient continuer à peser sur nos marges », estime-t-il, avançant vouloir, autant que possible, « compenser ces baisses de marges par des baisses de coûts. »

Une première vague d’économies, à hauteur de 50 millions d’euros par an d’ici 2015-2016, avait été lancée à l’échelle du groupe. « Des plans complémentaires de rationalisation sont maintenant engagés au sein du groupe et du siège de Darty France, notamment dans les fonctions achats (et) par la fusion des régions. Ces plans nous permettront de réaliser les 50 millions d’euros d’économies de couts d’ici la fin 2014-2015. »

Les "4D" pour retrouver de l'allant

Cette diminution des coûts constitue le dernier des « 4D », la stratégie maintenant développée par Darty pour retrouver de l’allant. Les trois autres sont de dynamiser le commerce (avec notamment un nouveau merchandising), de digitaliser Darty (les ventes sur le Net, en France, représentent déjà quelque 350 millions d’euros, soit 13% du chiffre d’affaires) et de développer la marque (en multipliant les partenariats avec les marques pour disposer de plus d’exclusivité).

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter