Darty va bien même avec Mistergooddeal

|

Darty présente le bilan de ses ventes au premier trimestre de son exercice 2015-2016 (mai-juillet 2015), et l'analyse diffère suivant que l'on intègre Mistergooddeal - qui tire les ventes vers le bas - ou non. Décryptage.

Régis Schultz, directeur général de Darty, se montre confiant pour la suite de l'exercice 2015-2016 de son groupe.
Régis Schultz, directeur général de Darty, se montre confiant pour la suite de l'exercice 2015-2016 de son groupe. © © Peter Allan - 2013/ DARTY

En croissance sans Mistergooddeal. En recul avec… Quiconque se penche sur l’analyse des ventes trimestrielles de Darty, pour les trois premiers mois de son exercice annuel 2015-2016, doit séparer la maison mère de son petit poulain, Mistergooddeal. Acquis pour 2 millions d’euros en avril 2014, Mistergooddeal continue de peser sur les ventes de Darty. Mais qu’on se rassure : c’est normal.

Les difficultés, provisoires, de Mistergooddeal

Doublement normal, même. D’abord parce qu’intégrer un pureplayer pas franchement en grande forme au moment de son rachat n’est jamais simple. Lui redonner son lustre d’antan demande forcément du temps, et Darty, pour ce faire, a opéré un rencentrage sur le blanc et le gros électroménager. Ce qui, mécaniquement, implique que le site s'est coupé d'une partie de ses ventes.

Mais il s'est, surtout, séparé de secteurs entiers non profitables. Or, ce recentrage effectué, "Mistergooddeal a, au mois d'août 2015, pour la première fois depuis très longtemps, retrouvé de la profitabilité", ainsi que réagit Régis Schultz, directeur général de Darty. De quoi ainsi confirmer l'ambition "d'approcher l'équilibre" au terme de l'exercice 2015-2016 quand, au précédent, achevé au printemps 2015, Mistergooddeal, pour 77 millions d’euros de chiffre d'affaires, affichait une perte d’exploitation de 7,7 millions d’euros.

De bons indicateurs pour Darty

Ceci étant posé, il est plus facile de comprendre le chiffre d'affaires de Darty, pour ce trimestre allant de mai à fin juillet 2015 : les ventes sont en croissance de 2% au global hors Mistergooddeal (-0,3% à surface égale), mais pointent à -0,2% si l’on inclut le pureplayer. Même double lecture si l’on détaille les ventes en France, de loin le premier marché de Darty (80% du chiffre) : hors Mistergooddeal, tous les indicateurs sont au vert, tant au global (+2,4%) qu’à surface égale (+1,1%). Avec le site, en revanche, ce n’est plus le cas : -0,4% pour l’évolution du chiffre total.

Une météo favorable cet été

Surtout, l’optimisme est franchement de mise concernant Darty, ce qui est finalement bien l’essentiel : "Les soldes d'été ont été très bons et nous avons profité d’une météo favorable avec de fortes ventes de produits blancs, commente Régis Schultz. Ceci nous a permis de compenser le recul des ventes de téléviseurs que nous avions anticipé compte tenu des performances obtenues l'an passé avec la Coupe du monde de football. (Et) même si nos marchés sont compliqués, notamment dans le multimédia, nous nous sommes bien préparés pour la rentrée scolaire avec une meilleure disponibilité des produits par rapport à l'année dernière, et nous avons actuellement de fortes ventes de téléviseurs en amont de la Coupe du monde de rugby." Bref, le premier trimestre a été bon, et tout semble en place pour que le deuxième se présente aussi bien. Voire meilleur.

Les chiffres clés du premuier trimestre 2015-2016 de Darty, hors Mistergooddeal :

CA global : +2% (-0,3% à surface égale)

CA Darty France : +2,4% (+1,1% à surface égale)

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message