Débuts difficiles pour les Carrefour Planet français

Lars Olofsson
Lars Olofsson© Bernard Martinez

Ils devraient être en plein «boum», c’est loin d’être le cas. De source syndicale, Carrefour Planet à Écully et à Vénissieux ne connaissent pas le succès escompté.

Depuis l’inauguration fin août, les ventes du premier n’auraient progressé que de 4,77 %, celles du second de 10,4 %. On peine à imaginer, dans ces conditions, que les objectifs puissent être atteints: mi-septembre, Lars Olofsson, directeur général du groupe, annonçait le déploiement du concept à 500 hypers européens et, surtout, en attendait 18%de chiffre d’affaires additionnel d’ici
à 2015. Reste qu’une analyse par pôle permet de trouver des points positifs: +17%pour le concept textile à Vénissieux, par exemple. Un argument mis en avant par Carrefour pour relativiser. Avec l’enjeu de la fréquentation –en «hausse sensible»– qui peut porter ses fruits un peu plus tard: on visite d’abord, on achète ensuite. Avec des coûts de transformation de 4,2 M€ pour un Carrefour Planet,
et de 1,9 M€ pour les remodelages, il faudra faire mieux pour rentabiliser l’investissement.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2158

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous