Marchés

Décès de Jean Gervoson, le fondateur du groupe Andros et de Bonne Maman

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le fondateur d'Andros, Jean Gervoson, est décédé le 29 octobre, à Biars, à l'âge de 98 ans. Père de l'actuel président du groupe, Frédéric Gervoson, il a contribué au développement d'un géant mondial du fruit transformé, toujours détenu par la famille et qui pèse plus de 2,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires avec un trentaine d'usines dans 15 pays.

Jean Gervoson, Andros
Jean Gervoson, Andros© DR

C’est par un communiqué très sobre que le groupe Andros a annoncé, mercredi 31 octobre 2018, le décès de son fondateur, Jean Gervoson qui s’est éteint le 29 Octobre 2018 à l’âge de 98 ans. "Avec Pierre Chapoulart, Jean Gervoson a fondé Andros il y a 60 ans sur des valeurs d’exigence, de qualité et de simplicité qui animent encore l’entreprise aujourd’hui", indique le document rappelant que "ce capitaine d’industrie reconnu et respecté, a conduit Andros jusqu’en 2000."

Il "invente" Bonne Maman avec sa femme en... 1971
Même après avoir passé la main à son fils Frédéric, Jean Gervoson venait, jusqu’à il y a encore quelques mois, tous les jours au siège où il conservait un bureau, non loin de celui de son fils. Selon l’histoire familiale c’est en 1971 - "dans un contexte de changement radical de consommation et de distribution" - que Jean Gervoson et sa femme Suzanne, fille d’un négociant de fruits, ont l’idée de lancer une confiture industrielle aux airs de fait-maison. Bonne Maman, aujourd’hui marque premium du groupe avec son étiquette manuscrite et son couvercle aux motifs Vichy iconique, est née…

La suite est un développement opiniâtre, avec des développements dans la compote, les jus de fruits, les produits laitiers et ultra-frais, comme le raconte, Frédéric, le benjamin de la famille (son frère Xavier est à la tête de la biscuiterie du Mont St Michel, familiale elle aussi) : "Pendant des décennies, on ne s’est pas versé le moindre dividende pour tout réinvestir, expliquait récemment au magazine Capital celui qui entré dans l’affaire familiale dès les années 1970. Il y a ceux qui veulent s’acheter des yachts et ceux qui veulent faire grossir leur entreprise." Jean Gervoson était de ces derniers.

2,2 milliards de CA, 15 pays, 30 usines

Cette opiniâtreté et des choix stratégiques souvent payants ont conduit la petite entreprise lotoise à une réussite entrepreneuriale exceptionnelle. Car le groupe, dont le siège est toujours basé dans son berceau d’origine, à Biars-sur-Cère, dans le Lot, exploite désormais plus d'une trentaine d'usines dans 15 pays et fait figure de champion mondial du fruit transformé avec un chiffre d’affaires estimé à plus de 2,2 milliards d’euros en 2017. Comme le conclue le communiqué, Jean Gervoson "laisse en héritage une entreprise familiale prête à faire face aux défis de demain sous l’impulsion et la présidence de son fils Frédéric."

Cet été, Andros avait opéré une réorganisation à sa tête en nommant un jeune trentenaire, Florian Delmas à la direction générale du groupe, remplacé à la direction France d’Andros SNC par Olivier Rudaux. Ces nominations devaient permettre notamment à Frédéric Gervoson, l'actuel président du groupe Andros, de prendre un peu plus de recul sur la gestion opérationnelle d’une entreprise toujours détenue par la famille.

La rédaction de LSA adresse ses sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses salariés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA