Décoration : Être spécialiste ne paie pas

|

Il ne fait pas bon vendre des articles de décoration. Malgré une densité commerciale tout à fait honorable (16,13 m² pour 1 000 habitants), les enseignes sont clairement à la peine. Concurrencées par les gros réseaux que sont Conforama ou But, qui se piquent aussi de déco, largement distancées par le rouleau compresseur Maisons du monde, elles sont obligées de faire le ménage dans leur parc de magasins.

Sur les vingt groupes recensés, onze ont été conduits à fermer des magasins en 2016. Parmi eux, le premier, Saint Maclou, le deuxième, Casa, le quatrième, 4Murs, et le cinquième, Keria Luminaires. Sans parler de Chantemur, Toto, Soléa ou Zénith Luminaires, enseignes plus loin dans le classement mais dont le recul dépasse les 10 % en un an.

LE PARC

  • Nombre de magasins : 1 529
  • Surfaces cumulées : 1 007 986 m²
  • Surface moyenne : 659,25 m²

Les fortes marges font rêver tout le monde

Dans la déco, il vaut mieux appartenir à un grand groupe. En tête des ouvertures (+ 23 % en mètres carrés comme en nombre de points de vente), Zodio grandit dans le giron d’Adeo, la maison mère de Leroy Merlin, qui compte une douzaine d’enseignes.

Génératrice de fortes marges, la décoration – achat d’impulsion par excellence – est convoitée par tous les généralistes de la maison. Ikea, Maisons du monde, Alinéa, Conforama, But, les grandes surfaces alimentaires de temps en temps et les discounters comme Centrakor jouent cette carte-là. À tel point que le créneau des spécialistes se réduit comme peau de chagrin. 

M. P.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2452

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations