Découvrez Black Box, le premier magasin automatisé de Monop’ [Vidéo]

|

Les équipes du groupe Casino ont planché pendant un an et demi sur le projet de magasin automatisé, façon Amazon Go. Si le parcours client s’en rapproche, Black Box est techniquement plus simple, donc moins onéreux avec une rentabilité plus vite atteinte.

Black Box fait 18m² et propose 300 références, au même prix que les magasins.
Black Box fait 18m² et propose 300 références, au même prix que les magasins.© CC / LSA

Je m’identifie, je prends mes articles, et je sors. Dans le parcours client, le magasin automatisé de Monop’, baptisé Black Box et installé à Clichy (92) au pied su siège social de Monoprix, s'approche du concept Amazon Go avec la même recherche de fluidité dans l'acte d'achat. « Nous avons commencé les premiers travaux il y a un an et demi et l’objectif consiste à fluidifier l’expérience d’achats, explique Lorraine Gentin, directeur adjointe de l’innovation et de la transformation digitale du groupe Casino. Cela vient en complément de l’application Casino Max qui permet de scanner les produits, du service coupe-file de Monoprix et moi, ou encore l’ouverture des magasins 24h/24 en mode autonome. »

En revanche, la comparaison s’arrête très vite avec la solution américaine. La taille et l’assortiment sont très différents. Black Box a la taille d’un conteneur de 18 m² avec 300 références, dont 55% de MDD. Les références se répartissent en trois catégories : l’offre de snacking, l’offre de dépannage de produits d’épicerie et l’offre non-alimentaire (surtout du DPH). On se rapproche donc davantage du concept Boxy implanté depuis août sur le port de Gennevilliers.

Tout repose sur des balances

Mais techniquement, Black Box se distingue car tout repose sur… des balances ! Aucune analyse d’images ou vidéo ne sont utilisées. Les produits sont installés et géolocalisés sur des meubles normaux dotés des balances de l’Israélien Schekel. Le moindre changement de poids sera détecté et déclenchera une mise au panier. Toute l’opération se fait donc à l’aveugle. « Cela nous permet d’être en règle avec la CNIL, pointe Lorraine Gentin. Nous avons mené des tests car la solution repose aussi sur l’intelligence artificielle et elle apprend au fil des usages. Nous sommes désormais sur un taux d’erreur inférieur à 1%. »

Ce choix technique a quelques limites comme le fait de ne pas pouvoir distinguer une bouteille de 50 cl de coca normal d’une version coca zéro. Monop’ gère ce point en espaçant dans les rayons les produits dont le profil est trop similaire. Autre limite, il ne peut pas y avoir plusieurs paniers gérés en même temps. Autrement dit, si trois personnes rentrent, il ne pourra y avoir qu’un seul paiement.

En revanche, ce parti pris rend Black Box beaucoup plus facile à rentabiliser que les solutions utilisant la vidéo et la reconnaissance d’images car le coût de l'équipement est plus faible. Un plus quand le panier moyen se situe entre 6 et 10 euros selon Olivier Régo, directeur de l’enseigne Monop’.

Une V2 déjà à l’étude avec du Lidar

Néanmoins l’équipe innovation planche déjà sur une version 2 pour apporter plus d’informations au système tout en respectant la vie privée des clients qui utilisera du Lidar, soit de la télédétection par laser. Une solution qui là encore permet de limiter les investissements.

Autre changement par rapport à la concurrence, les clients de Black Box n’ont pas besoin de s’inscrire à programme ou de télécharger une application. C’est la carte bancaire qui sert de sésame. Le groupe Casino a travaillé avec Ingenico, le GIE Cartes Bancaires et un logiciel open source pour la caisse pour gérer le volet encaissement. Une pré-autorisation bancaire de 30 euros est réalisée avant que le client entre dans le magasin. Si ses achats dépassent les 30 euros, il devra régler le complément. En effet, à la sortie de la boutique un écran liste tous les articles pris et le client doit valider que tout est bon. Comme il n'y a pas d'application, cela rassure le client estime Lorraine Gentin.

Là encore, le non usage d'une application est un choix est pragmatique. Le but est d’implanter Black Box dans les lieux de flux comme les gares et aéroports, les hôpitaux ou encore les campus. Voire même à l’entrée de magasin pour une offre accessible en 24h/24. Autrement dit, dans ces espaces, le client veut avant tout rapidement son produit. Télécharger une application peut être jugé contraignant. Mais Lorraine Gentin assure que le projet est en réflexion, notamment pour relier le programme de fidélité Monoprix et moi.

Monoprix compte déployer 10 Black Box d’ici un à deux ans. Chaque magasin conteneur sera associé à un magasin qui en aura la gestion (entretien et réapprovisionnements). D’ici environ 8 semaines, la Black Box installé au pied du siège social changera d’emplacement pour devenir accessible au grand public et subir son premier test « live ». L’avantage du magasin conteneur c’est qu’il ne faut qu’une prise de courant et de la 4G pour fonctionner.

Autre piste de développement, le groupe n'exclut pas de commercialiser son concept clé en main. Il a déjà commencé à se positionner comme un vendeur de technologie depuis janvier dernier en proposant en marque blanche son application Casino Max.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message