Marchés

Découvrez l'égérie de l’édition 2020 du Salon International de l’Agriculture

|

Pour sa 57ème édition, le Salon International de l’Agriculture a choisi de mettre à l’honneur une vache Charolaise, l’occasion de (re)découvrir la 1ère race allaitante de France et d’Europe.

Avec un effectif de 1,6 million de têtes dans toute la France, la charolaise est l’une des principales races du pays
Avec un effectif de 1,6 million de têtes dans toute la France, la charolaise est l’une des principales races du pays
Elle sera très célèbre dès le mois de février 2020 et elle ne pouvait mieux porter son nom : Idéale. Massive et superbe, cette Charolaise de 6 ans a été sélectionnée pour représenter la race et figurer « en haut de l’affiche » de l’édition 2020 du Salon (du 22 février 2020 au 1er mars). Une fierté pour Jean-Marie Goujat, son propriétaire des Monts du Beaujolais. «C’est un immense honneur pour nous qu’Idéale soit l’égérie du Salon International de l’Agriculture 2020. Elle illustre parfaitement la race Charolaise». Idéale a tout pour plaire : une tête courte, un museau large avec une bonne barre de coupe, de belles cornes arrondies revenant parfaitement vers ses yeux en forme de croissant autrement appelées cornes cabettes (pour les initiés), un dos large et musclé, des cuisses épaisses… "La parfaite ambassadrice de sa race!", peut-on lire dans le communiqué du Salon. Docile, Idéale se laisse approcher sans hésiter et ne boude pas son plaisir quand il s’agit de se faire caresser. Très maternelle, elle vêle avec régularité une fois par an.
Une viande de grande qualité
Comment ne pas connaître la mythique Charolaise ? Avec un effectif de 1,6 million de têtes dans toute la France, elle est l’une des principales races du pays. Initialement originaire du Charolais-Brionnais, dans le département de la Saône-et-Loire en Bourgogne Franche-Comté, la Charolaise a su étendre sa présence aux départements voisins, puis au reste de la France. Elle devient ainsi la première race allaitante du pays, présente dans la quasi-totalité des départements. Rentable, elle offre une viande de grande qualité. Respectueuse du cycle de la nature, elle nourrit ses veaux avec son lait pendant les neuf premiers mois, jusqu’au sevrage. Elevée à l’herbe, elle préserve, façonne, entretient le paysage et constitue un élément économique clé du territoire français. Animal de trait à l'origine, la Charolaise constitue une race rustique, capable de s'adapter à tous les environnements et tous les climats, ce qui lui permet d’être présente dans plus de 70 pays dans le monde.
Une passion familiale 
Pour Jean-Marie Goujat, 33 ans, la race Charolaise est avant tout une passion familiale. L’élevage, composé de 125 vaches élevées sur une exploitation extensive de 187 hectares en agriculture raisonnée respectueuse de l’environnement, a été créé par son grand-père sur les Monts du Beaujolais à environ 45 kilomètres de Charolles, berceau de la race. Depuis 2014, Jean-Marie a rejoint le GAEC familial composé de son père Bruno, et de son frère Laurent. « Nos parents ont tout de suite compris notre passion dès l’enfance pour les Charolaises. Ils n’ont rien fait pour nous empêcher d’aller au bout de nos envies, bien au contraire. ». Un goût du métier et un savoir-faire qui se transmettent de génération en génération, et que Jean-Marie transmettra à tous les visiteurs du prochain Salon International de l’Agriculture : « Être éleveur est une véritable passion ! C’est un métier très épanouissant : on aime nos animaux, on fait une viande de qualité… mais il ne faut pas avoir peur du travail ! Je suis convaincu que l’élevage tel que nous le pratiquons a un bel avenir devant lui. Nous répondons aux attentes des consommateurs en leur apportant une réponse de qualité grâce à un savoir-faire traditionnel, qui s’adapte à son terroir. ».
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA