Delphine Mathez, directrice générale de Stokomani : "Le déstockage, c’est l’esprit bazar privilégiant l’achat malin et le plaisir"

|

INTERVIEW Delphine Mathez, directrice générale de Stokomani depuis dix-huit mois, fait le point pour LSA sur le développement et les ambitions du spécialiste du déstockage, qui compte 60 magasins en France.

Delphine Mathez
Delphine Mathez© DR

LSA - Stokomani devient de plus en plus visible dans les centres commerciaux. Cela signifie-t-il que l’enseigne est mûre pour accélérer son développement ?

Delphine Mathez - Historiquement, nous étions installés en fond de zone de périphérie – c’était le métier du déstockage, fait de discrétion, qui exigeait cela. Désormais, puisque nous sommes un concept anticrise, nous ouvrons des magasins plus grands, aux alentours de 1 700m². Des magasins qui sont surtout plus visibles, en avant de zones, car nous drainons beaucoup de trafic, et les centres commerciaux de périphérie, où nous sommes implantés­– dans des zones de 100 000 habitants et plus –, sont de plus en plus demandeurs.

LSA - Stokomani compte 60 magasins. Pour quel chiffre d’affaires et avec quelles ambitions ?

D. M. - En 2015, nous avons réalisé 350 M€ de CA TTC, en croissance de 12%. Cela représente plus de 12 millions de passages en caisse dans nos magasins. Nous avons ouvert sept points de vente, pour une moyenne située entre huit et dix ouvertures par an. Il y a encore trois ans, nous étions sur un rythme de quatre ouvertures annuelles. Nous ciblons 120 magasins à terme, mais avec un objectif rapide pour atteindre les 100 boutiques, parce que c’est un cap important pour quiconque entend devenir visible sur le territoire. Ce sera chose faite d’ici à quatre ou cinq ans.

LSA - Cette course à la croissance signifie-t-elle que le concept change ?

D. M. - Notre métier est le dé­stockage, et cela suppose de toujours garder une ligne directrice stable. Notre offre, entre 12 000 et 15 000 références par magasin, change en permanence. Notre credo, pour une clientèle familiale, c’est l’achat malin et l’achat plaisir. C’est cet esprit bazar qui fait notre force. Nos magasins doivent être conçus comme une caverne d’Ali Baba, regorgeant de marchandises, de surprises et, surtout, de bonnes affaires. Notre prix moyen est à 3,50 €, pour un panier moyen de 33 €. On vient chez nous sans trop savoir quoi acheter, mais on en repart avec forcément un petit quelque chose entre les mains. Nous vendons de tout : du DPH, de la déco, des jouets, avec aussi une part importante de textile, à hauteur de 40% de l’offre environ.

LSA - Ce concept de déstockage ne souffre-t-il pas de la concurrence des sites spécialisés sur internet ?

D. M. - Au contraire. Si l’on parle dans les deux cas de déstockage, le positionnement est par nature différent. Ces sites ne peuvent se permettre un business model comme le nôtre. En revanche, ils ont contribué à donner au métier du déstockage ses lettres de noblesse. Les clients connaissent désormais le concept, et les fournisseurs ont intégré ce circuit dans leur schéma de pensée. Quand, il y a dix ans à peine, trouver le responsable déstockage d’un grand groupe était digne d’un parcours du combattant, c’est aujourd’hui un circuit largement professionnalisé.

Une progression rapide et constante

Chiffre d’affaires, en M €, hors taxes, entre 2010 et 2015 

Sources : verif.com, et *estimation LSA, via Stokomani

Belle performance pour Stokamani, qui flirte avec les 300 M € de CA hors taxes (350 M € TTC). Et regarde bien plus haut : 100 magasins visés dans les cinq ans. Soit environ 500?M € de chiffre.

Les chiffres

  • 350 M€ : le chiffre d’affaires TTC en 2015, à + 12% vs 2014
  • 60 : le nombre de magasins en France

Source : Stokomani

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2395

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations