Delpierre veut stimuler le rayon de la mer

|

L’entreprise, qui pèse 220 M€ de chiffre d’affaires et affiche une croissance de plus de 9% en 2015, accélère son développement au rayon traiteur de la mer et marée LS.En misant sur la technologie à hautes pressions et la multiplication des lancements.

Delpierre_tranches de saumon.psd
Delpierre_tranches de saumon.psd© © Créditphoto

Présente pour la première sur le petit écran pendant tout le mois de juillet, la marque Delpierre n’a pas fini de faire parler d’elle à la rentrée. Le numéro un du rayon marée libre-service lance début octobre les tranches de saumon. Compo­sé à 80% de saumon, le produit ressemble à s’y méprendre à des tranches de jambon, qu’il s’agisse de la texture, de l’emballage et même du positionnement prix très accessible (1,90 € les deux tranches et 2,95€ les quatre). Pour mettre au point les tranches de saumon, Delpierre a travaillé pendant quatre ans. « Il n’était pas question de faire de compromis sur le goût et la qualité », indique Stéphanie Pargade, sa directrice marketing.

Une consommation simplifiée

De fait, la filiale produits de la mer de Labeyrie Fine Foods, qui dispose depuis 2015 sur son site de Nantes d’une machine de pasteurisation à froid par hautes pressions, a eu recours à cette technologie. Résultat, hormis du blanc d’œuf, de la protéine de soja, des texturants et un colorant, le produit ne comporte aucun conservateur. « La dernière étude que nous avons menée, en mai 2016, montre que les Français aiment le poisson, mais éprouvent des réticences sur sa préparation. L’ambition de la marque est justement de faciliter la consommation des produits de la mer », poursuit Stéphanie Pargade.

Une ambition qui porte ses fruits, puisque l’innovation représente 15% du chiffre d’affaires de Delpierre. Pour mener à bien son travail de développement, l’industriel s’appuie sur ses cinq sites de production, dont celui de Jonzac, en Charente-Maritime, dédié au cabillaud, et où sont désormais produites les tranches de saumon ainsi que la toute nouvelle gamme de plats cuisinés.

Dominé pour l’essentiel par Briau, leader de la paella et de la brandade de morue, le marché des plats cuisinés pèse 3 500 tonnes, mais affiche, depuis ces cinq dernières années, une croissance à deux chiffres. Pas question pour Delpierre de rester en retrait. La marque a fait appel à Marc Foucher, meilleur ouvrier de France, qui a imaginé différentes recettes (risotto aux crevettes ou deux saumons, gratin de pommes de terres au saumon ou au thon…) pour deux personnes. Avec une DLC de huit à dix jours, ces produits ne font l’objet d’aucun traitement thermique. « Notre objectif est de produire au moins 200 tonnes au cours de la première année et 700 tonnes d’ici à trois ans », avance, enthousiaste, Philippe Darthenucq, directeur général de Delpierre.

Gammes premium

Le site de Fécamp, où sont conditionnés les pavés de saumon frais et le hareng, accueille une nouvelle activité. Il s’agit des milanaises de cabillaud et de saumon, autrement dit, des poissons crus prêts à être pané. « Avec cette of­fre, nous sortons le pané de son statut de produit familial et accessible », fait remarquer Stéphanie Pargade. Pour deux personnes, ces panés ont un prix de vente recommandé supérieur à 5 €.

Sur le site de Nantes, dédié aux crustacés et aux crevettes, et où est installée la machine de pasteurisation à hautes pressions, Delpierre poursuit le développement de la gamme Révolution, lancée en octobre 2015, avec une nouvelle référence d’églefin. La gamme a déjà recruté 1,2 million de consommateurs en six mois. Les poissons pasteurisés à froid par hautes pressions ont une DLC de douze jours, contre six jours en moyenne.

En chiffres

  • 220 M€ de CA en 2015, à + 9,5 %
  • 5 sites de production
  • 1 000 salariés
  • 24 000 tonnes
  • 2 activités : traiteur de la mer et marée LS

Source : Delpierre

 

Disponibles dès début octobre, les tranches de saumon de Delpierre sont composées à partir de 80% de saumon.

« L’innovation pèse 15 % dans le chiffre d’affaires de Delpierre. Elle constitue un levier important de développement de l’entreprise. »

Philippe Darthenucq, directeur général de Delpierre

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2423

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA