Des camions à l'empreinte carbone réduite

|

DossierTruck & Stores, entreprise exploitant le camions-boutiques Outiror et Delta Direct, teste l'implantation de panneaux solaires sur un camion de sa flotte pour limiter les émissions de carbone.


D'abord, il y a le concept de camion-magasin itinérant, vieux comme le monde, certes, mais toujours dans l'air du temps. Ceux d'Outiror et de Direct Delta, spécialisés dans les produits pour la maison, le bricolage et le jardinage, se déplacent au-devant de leurs clients. En soi, c'est déjà une bonne idée. Mais, il est difficile de répondre à la grande thématique du moment : le développement durable.

 

Question d'image

On a beau retourner la question dans tous les sens, une image de monstre polluant colle à la tôle des camions. D'où ce sacré défi que s'est fixé Truck et Stores : améliorer son empreinte carbone par tous les moyens. En attendant un hypothétique camion électrique, l'entreprise s'est lancée dans l'aventure du solaire. Des panneaux photovoltaïques sont installés sur le toit d'un camion-test, et servent à alimenter les terminaux points de vente. « Hier, tous ces éléments étaient alimentés par des groupes électrogènes, bruyants et forcément plus polluants, indique Charles Boussion, directeur de la logistique chez T et S. Aujourd'hui, en phase de tests, nous avons ce système de panneaux solaires qui donne des résultats satisfaisants et que nous cherchons à étendre, via l'obtention de subventions. »

 

Optimiser l'utilisation

Le coût d'installation est, en effet, le principal bémol : 12 500€ pour équiper un camion. T et S exploite 100 véhicules à ce jour, et compte équiper, « au plus vite », l'ensemble de sa flotte.

L'entreprise s'évertue par ailleurs à en optimiser l'utilisation. « Tout ce qui est à l'intérieur de la semi-remorque est amovible, avec des casiers préparés à l'avance, que l'on n'a plus qu'à installer quand les camions reviennent aux entrepôts de stockage », explique le directeur logistique. Le temps d'immobilisation est ainsi réduit au maximum (une demi-journée généralement). Une journée type comporte deux haltes, le matin et l'après-midi, distantes de 15 à 20 km environ. Les séances de ventes durent trois heures, généralement sur la place d'un marché : elles permettent, en moyenne, d'attirer chacune une bonne centaine de clients.

Une performance permise par la distribution, en amont de ces passages, de nombreux catalogues - 100 millions par an - dans les villes de 5 000 à 10 000 habitants, qui constituent les cibles premières de T et S . Outiror et Delta Direct réalisent des tournées de cinq ou six jours pour chaque camion.

T et S a réalisé en 2009 125 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont plus de 80% (près de 100 M€) grâce aux camions-boutiques ; 12% (15 M€) via des magasins « classiques » installés dans les Dom-Tom et entre 5 à 7% (6,25 à 8,75 M€) sur le web

« Nous souhaitons équiper au plus vite l'ensemble de notre flotte de 100 camions. »

Charles Boussion, directeur logistique chez T&S

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2162

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA