Marchés

Des catégories sur un petit nuage

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Ces 50 catégories aux croissances de rêve sont autant d’exemples de valorisation réussie. De quoi donner des ailes, ou du moins un sérieux coup de pouce, au secteur des PGC.

Des rayons de soleil dans la grisaille ambiante des PGC ! Dans le climat morose actuel, la croissance éclatante de ce top 50, basé sur les plus fortes progressions de chiffres d’affaires, a de quoi faire rêver. Affichant près de 50% pour la catégorie gagnante de l’année, et 3,8% pour la queue du peloton, ce classement témoigne, s’il en était besoin, qu’il n’y a pas de fatalité. Qu’il est possible d’atteindre ce graal de la valorisation, tant convoité par les industriels comme les distributeurs. À condition, évidemment, de bien travailler ses piliers marketing. Le meilleur exemple reste les extrudés. Numéro un sur le podium, cette catégorie doit son bond à l’un des gros lancements de l’année, celui de B-ready, par Nutella. Bénéficiant de la force de frappe de l’italien, les ventes exceptionnelles – 20% des foyers français l’ont acheté, pour un taux de rachat de 40% – de cette gaufrette fourrée à la célèbre pâte à tartiner, commercialisée au rayon des biscuits, sont comptabilisées par Iri dans les extrudés. D’où cette croissance hors norme qui reste bien entendu à confirmer. Globalement, l’épicerie signe une très belle année avec 19 catégories représentées.

Des nouveaux venus en forte croissance

Aux côtés des fidèles, comme les cookies, qui gagnent deux places pour se hisser à la troisième position, ou les dosettes, qui passent de la sixième place à la onzième, mais qui affichent toujours une croissance à deux chiffres, depuis bientôt dix ans. On compte de nouveaux venus, comme les plats cuisinés déshydratés, portés par les MDD et la marque de nouilles chinoises Nissin. Le frais s’affirme aussi comme un secteur dynamique, recelant de nombreuses pépites, à l’image des boissons végétales. Détrônée par les extrudés, cette jeune catégorie, bien dans la tendance de la naturalité, se paie le luxe d’enregistrer une hausse de son chiffre d‘affaires de près de 30%. Et remporte, en prime, la palme du dynamisme en volume (+ 25,6%). Du côté des boissons, on retrouve sans surprise, les bières de spécialité et les panachés et bières sans al­cool, toujours portées par l’effet Tourtel Twist et la concurrence qui se multiplie. Subissant de plein fouet la guerre des prix et des promotions, le DPH, enfin, est en retrait à quelques exceptions près, comme la parapharmacie et les produits d’incontinence. Confirmant que les places sont à reconquérir en permanence. Retrouvez ces 50 catégories, qui agissent comme de véritables bouffées d’oxygène pour le secteur des PGC.

En chiffres

  • De 3,8 à 49,4%
  • La fourchette d’évolution du CA des catégories de ce top 50, pour un total de 20,6 Mrds
  • + 1,1 % : l’évolution en valeur du total PGC, à 103,7 Mrds €, stable en volume

Source : Iri

METHODOLOGIE :

Ce top 50 s’établit en fonction de l’évolution du chiffre d’affaires des catégories réalisant plus de 50 millions d’euros sur la base des données Iri, en cumul annuel mobile à fin juin 2016, tous circuits confondus.

Les produits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA