Des Français pas si frileux sur les dépenses de Noël

|

Après des années de baisse, le budget prévisionnel de Noël estimé par le cabinet Deloitte devrait être en hausse de 1,9% à 606 euros

Un petit paradoxe que la dernière étude Deloitte sur les prévisions de dépenses des Français pour les fêtes. Plus pessimistes que jamais (75% estiment que le pays est en récession et 80% qu'il n'y aura pas de rebond en 2012), les consommateurs sont pourtant disposé à accroitre leur budget de Noël. Il devrait s'établir à 606 euros, en hausse de 1,88%. Et même si cette hausse sera rognée par l'inflation, elle dénote par rapport aux années précédentes où les consommateurs interrogés par Deloitte estimaient mettre un coup de frein aux dépenses pour les fêtes. Ce budget était ainsi en recul de 4,4% en 2010, de 3% en 2009 et de 5% en 2008.

"Ce n'est plus le cas cette année où les consommateurs ont décidé de se faire plaisir pour oublier la crise, estime Antoine de Riedmatten, associé chez Deloitte en charge de la consommation. Les consommateurs interrogés n'ont pas constaté de dégradation de leur pouvoir d'achat et se sont en outre désendettés en faisant moins appel au crédit à la consommation." Ainsi les trois postes de dépenses habituels des fêtes seraient en hausse avec un budget cadeau à 407 euros (+1,85%), un supplément de dépenses alimentaires à 150 euros (+1,3%) et un supplément de dépenses de divertissement de 48 euros en hausse de 4%.

Côté cadeaux, c'est une fois encore l'argent qui arrive en tête des souhaits pour Noël avec 43% des réponses devant le livre (42%) et le chèque cadeaux (34%). A noter un fort recul de ce dernier qui était à 45% en 2010 (les consommateurs le trouveraient trop contraignant). Ça c'est pour les souhaits. Au classement des cadeaux que les consommateurs comptent faire réellement le chocolat (cité par 57% des interrogés) et le parfum (50%) sont en forte hausse. A noter la percée des séances de massage et de spa qui figurent en troisième position du classement (42%) et qui étaient absents l'année dernière. "C'est symptomatique de la tendance actuelle qui est à la recherche de plaisir et de bien-être individuel", analyse Antoine de Riedmatten.

3 commentaires

johan

09/11/2011 09h36 - johan

Comme beaucoup, je préfère recevoir de l'argent en cadeau à un chèque cadeau. C'est pourquoi je revends mes cartes cadeaux qui ne me conviennent au site www.esioox.fr. Plus sure et plus rapide que les petites annonces puisque c'est le site qui les achète, et c'est l'assurance pour moi de me faire vraiment plaisir. La revente des cadeaux de noel se fait de plus en plus en france alors je ne me gene pas quand ca ne me plait pas.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Sami

08/11/2011 16h01 - Sami

Pour moi chèque cadeau = Argent cash. alors il est ou le probleme ?
et c'est simple. Je revends mes cartes cadeaux qui ne me conviennent au site www.esioox.fr. Plus sure et plus rapide que les petites annonces puisque c'est le site qui les achète, et c'est l'assurance pour moi de me faire vraiment plaisir.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Baptiste

08/11/2011 10h15 - Baptiste

Serait-il possible de préciser si c'est un budget par personne, par ménage, par actif ...
Pour le moment cela n'est pas clair.
Merci.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter