Des métiers du Net toujours plus spécialisés, plus rares et plus pointus

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Évolution des technologies oblige, le Web suscite une plus grande spécialisation des métiers. Aux côtés de fonctions spécialisées classiques comme « webmarketeur » ou « trafic manager » émergent des postes dont la pérennité reste à démontrer.

© DR

Nous entrons dans une phase de plus grande spécialisation des tâches. Il y a dix ans, une seule personne pouvait quasiment tout faire.

A nouveaux canaux nouveaux métiers. L'essor du web 3.0 - terme utilisé pour désigner l'après-web 2.0, avec le fort développement des réseaux sociaux - , entraîne l'apparition de fonctions spécifiques, comme celle d'animateur de réseaux ou celle de « social média marketeur », les deux étant assez proches (lire p. 102-103). Elles regroupent les personnes chargées de prêcher la bonne parole sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Form Spring ou My Space, pour le compte de marques grand public.

Les marques de luxe ont donné le la, suivies, en France, d'enseignes comme la Redoute ou la Fnac. « C'est la grande tendance du moment, confirme Pierre Cannet, PDG de Blue-search, cabinet de recrutement spécialisé sur les métiers d'internet. Il faut rester prudent quant à la pérennité de cette fonction. Les marques ont plus besoin d'un social média marketeur, qui doit attirer les bons internautes et faire en sorte que les bons produits soient valorisés, que d'un simple communauty manager qui crée des communautés autour de sites médias. » Quoi qu'il en soit, les deux demandent une bonne connaissance de l'édition en ligne, d'avoir une plume et de faire preuve de réactivité, sans parler, évidemment, d'une parfaite maîtrise des réseaux sociaux. « Tout ce qui est participatif suscite de nouvelles vocations », renchérit Odile Szabo, directrice du marketing de PriceMinister France.

 

Bientôt « l'iPad manager »

Cet essor se traduit dans l'évolution des métiers. « Nous entrons dans une phase de plus grande spécialisation des tâches, souligne Pierre Cannet. Il y a dix ans, une seule personne pouvait quasiment tout faire. » Communauty manager aujourd'hui, « iPhone ou iPad manager » demain peut-être, pour gérer les applications des marques sur ces deux canaux. En toute logique, après l'iPhone, la Redoute vient de lancer son application sur la tablette d'Apple, qui consiste à décliner l'offre du site sous forme d'un magazine de mode et nécessitera de faire appel à de nouveaux profils.

Pour autant, les métiers d'hier sont encore d'actualité. Les marques ont toujours besoin de web-marketeurs, de référenceurs naturels et de responsables d'affiliation. Les premiers, incontournables, se trouvent plus facilement qu'il y a deux ans. « En 2008, la pénurie faisait rage et les rémunérations flambaient, précise Pierre Cannet. Désormais, une génération de cadres ayant rejoint internet au début des années 2000 est assez mature et polyvalente pour occuper ce poste, tremplin pour une direction du marketing. »

 

La rareté fait le prix

En revanche, référenceurs naturels et responsables d'affiliation souffrent de pénurie. L'étude réalisée il y a un an par l'Association des DRH du Net, qui établit un référentiel des métiers du web, souligne la surenchère salariale pour ces deux postes. « Le référenceur est un métier très spécialisé dont le salaire ne devrait pas baisser, tant les entreprises ont besoin que leurs sites soient visibles sur les grands moteurs », complète Pierre Cannet, également délégué général de l'Association des DRH du Net.

Même phénomène pour les responsables d'affiliation, dont la pénurie sévit depuis le milieu des années 2000. « L'effet de rareté et de compétence prévaut toujours pour les métiers du web, toujours plus pointus et spécialisés », conclut Cécile Reghezza, responsable du marketing de l'école des Hautes études des technologies de l'information et de la communication. Comme la rareté fait le prix, les salaires sont à l'avenant, plutôt dans la fourchette haute.

Webmarketeur

Sa mission Diffuser l'identité de la marque sur internet et mettre en place la stratégie marketing en termes de contenu, de communauté et de support (site web 2.0, site mobile 2.O, blogs...).

Son profil ESC ou IEP option marketing, IAE ou master 2 professionnel option marketing, e.commerce.

Évolution de carrière Directeur du marketing d'un site internet.

Son salaire 45 000 à 75 000 € brut par an pour les profils confirmés (plus de trois ans d'expérience).

Référenceur naturel

Sa mission Auditer le site web et étudier le positionnement du site sur les moteurs de recherche. Réaliser une analyse sémantique de l'univers du site web, suivre la volumétrie de trafic et analyser les statistiques post-campagnes.

Son profil Formations longues (IAE, IEP, écoles de commerce) spécialisées en e.marketing et e.publicité. Formations courtes (DUT, licence) en informatique ou action commerciale.

Évolution de carrière Responsable du marketing en ligne, responsable d'affiliation-partenariats.

Son salaire 25 000 à 35 000 € pour les profils juniors (moins de 3 ans d'expérience), 35 000 à 50 000 € pour les profils plus confirmés.

Sa mission Mettre en oeuvre une veille concurrentielle sur les programmes d'affiliation concurrents, lancer, animer et gérer un programme d'affiliation à l'échelle nationale, tester l'intégration des offres sur les moteurs de recherche des nouveaux sites affiliés.

Son profil Écoles de commerce avec une spécialisation en e.marketing, ou formations universitaires spécialisées dans la communication en ligne.

Évolution de carrière Responsable du marketing en ligne, expert en affiliation.

Son salaire 30 000 à40000€ pour les profils juniors, 40000 à 50000 € pour les profils plus confirmés.

Traffic manager

Sa mission Assurer la programmation, la gestion et l'optimisation des campagnes pub en ligne.

Son profil Écoles de commerce avec spécialisation en e.marketing ou en management de l'innovation. Formations universitaires (licence 3 à master 2) spécialisées dans la communication en ligne ou en web-mastering.

Évolution de carrière Chef de projet internet ou webmarketeur.

Son salaire 25 000 à 35 000 € pour les juniors, 40 000 à 50 000 € lorsqu'il est responsable d'une équipe ou très confirmé.

Webmarketeur

Sa mission Diffuser l'identité de la marque sur internet et mettre en place la stratégie marketing en termes de contenu, de communauté et de support (site web 2.0, site mobile 2.O, blogs...).

Son profil ESC ou IEP option marketing, IAE ou master 2 professionnel option marketing, e.commerce.

Évolution de carrière Directeur du marketing d'un site internet.

Son salaire 45 000 à 75 000 € brut par an pour les profils confirmés (plus de trois ans d'expérience).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2149

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA