Marchés

Des précisions pour le sans-OGM

|

C'est le premier avis d'une instance qui a vu le jour en avril 2009. Souhaité par tous les acteurs du Grenelle de l'environnement, ce Haut Conseil des biotechnologies (HCB), composé d'un comité scientifique et d'un comité économique, vient de rendre un avis très attendu par les professionnels des filières viande, lait et oeufs.

Étiquetage en « zone grise »

Sans remettre en cause les seuils définis par le Conseil national de la consommation au printemps dernier, de 0,1 % pour le sans-OGM - produits issus d'animaux nourris avec des aliments dans lesquels la présence d'ADN transgénique ne dépasse pas 0,1 % -, et de 0,9% pour le non-OGM, - issus d'animaux nourris avec des aliments dans lesquels les traces d'ADN sont inférieures à 0,9 %.

Non, la nouveauté réside dans l'élargissement de ces seuils aux filières du lait et des oeufs, non concernées par l'avis du CNC. Surtout, le HCB estime justifié d'étendre la possibilité d'étiquetage « sans OGM » à tout ce que les professionnels appellent « zone grise », entre 0,1 et 0,9 %. Une décision dont se félicite Louis Orenga, directeur du Centre d'information des viandes. Mais, prévient-il, « il ne faut pas donner une information non comprise par le consommateur ». La plupart ne faisant pas de différence entre un bovin nourri avec des aliments contenant des OGM et le bifteck qui en sort, jugé lui aussi contenant des OGM...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter