DES SUCCÈS OBSCURCIS PAR LA CHUTE DES PRIX

|

Très sensibles au moral des ménages et à la conjoncture internationale, les ventes d'électronique de loisir ont eu toutes les raisons de souffrir cette année. Après la guerre en Irak, les mouvements sociaux ont pris le relais, achevant d'ébranler le moral déjà chancelant des consommateurs. Le bilan du premier semestre n'avait dès lors rien de réjouissant, et a donné lieu à quelques initiatives spectaculaires, comme ces PC de rentrée proposés à 499 E. Record battu ! Aujourd'hui, l'institut GfK prévoit des chiffres annuels qui, sans être époustouflants, n'ont rien de dramatiques. Et ce grâce à un second semestre que ses analystes qualifient de « nettement plus favo- rable » que le premier. Avec deux segments stars : la micro-informatique et la photo.

Dans le détail, la tendance initiée lors des années précédentes se confirme sans ambiguïté. Poussant vers la sortie les technologies vieillissantes comme le magnétoscope ou le téléviseur à tube, les nouvelles normes numériques explosent. À l'image de la hausse de 359 % en valeur réalisée par les enregistreurs DVD ! Ou des 2 millions d'appareils photo numériques qui devraient être vendus cette année, cette technologie représentant désormais 75 % à 80 % du chiffre d'affaires du rayon photo (hors pellicules et travaux photo). Autres grands succès, même s'ils ne sont pas précisément chiffrés : la poussée des systèmes mixtes hi-fi/home cinéma, ou celle des télé- viseurs plasma et LCD, qui réaliseront en 2003 le plus important supplément de chiffre d'affaires de l'électronique grand public.

Le problème, particulièrement criant si l'on se penche sur les résultats enregistrés en hypers, tient à l'évolution des prix moyens de toutes ces familles de produits. Malgré des volumes en hausse, le chiffre d'affaires total stagne, voire régresse ! Aucun doute, la tendance est aux promotions et à l'utilisation de la high-tech comme produit d'appel. Chacun a en tête le lecteur de DVD proposé par Carrefour à 47 Een octobre, et il ne s'agit pas d'un cas isolé.

Un phénomène appelé à durer

Encore facturés aux alentours de 350 E cet été, les appareils photo numériques de 3 mégapixels se négocient actuellement sous la barre des 200 E. Lancés en mars à des tarifs presque prohibitifs, les PC portables équipés du nouveau processeur Intel Centrino sont rapidement rentrés dans le rang, et sont disponibles à moins de 1 500 E. Dans la téléphonie mobile, qui relevait la tête grâce aux services à valeur ajoutée, le lancement des offres multimédias de fin d'année s'est révélé l'occasion d'une nouvelle guerre des subventions.

Cette évolution est d'autant plus inquiétante qu'elle semble appelée à durer. Le poids des fournisseurs chinois ou turcs va croissant, imposant des tarifs toujours plus bas, et les prix des enregistreurs DVD et les téléviseurs LCD de taille supérieure à 15 pouces ont déjà chuté. La situation préoccupe les grandes marques, qui jugent aujourd'hui que seules les grandes enseignes ont le pouvoir de freiner la dégringolade des prix.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1840

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous