Descamps en mode reconquête

|

Repris l'an passé par Astrance Capital, le spécialiste du linge de maison redéploie ses marques phares sous les noms Descamps 1802 et Jalla 1881. En GMS, il mise sur Santens et sur une licence avec Dodo.

Gérard Friess, PDG de Descamps, vise, grâce à son plan de relance, un chiffre d'affaires de 60 M E en 2012, soit une croissance de 20 %.
Gérard Friess, PDG de Descamps, vise, grâce à son plan de relance, un chiffre d'affaires de 60 M E en 2012, soit une croissance de 20 %.© DR

Après dix ans de difficultés et un redressement judiciaire, il était temps pour Descamps de se remettre en mode conquête. Repris l'an dernier par le fonds Astrance Capital, le groupe possède deux marques de textile de maison à forte notoriété sur lesquelles il base sa stratégie de relance. La première, rebaptisée Descamps 1802, a été dotée d'un nouveau concept de magasin raffiné, tout en noir et ivoire. Plusieurs boutiques l'ont déjà adopté sur la vingtaine de succursales (plus une cinquantaine de franchisés). « Il fallait donner à la marque l'écrin qu'elle méritait pour la repositionner à sa vraie place », estime Gérard Friess, PDG du groupe. À savoir le haut de gamme accessible avec des parures de lit à partir de 200 €. Descamps a également repris en concession ses 120 corners dans les grands magasins. L'ambition est de monter à près de 35 boutiques en propre et une centaine de franchise en France et à l'international. Et de s'adjoindre une licence luxe.

 

Une offre multicircuit

L'autre marque, appelée maintenant Jalla 1881, s'est désengagée cette année de la grande distribution pour se recentrer sur le détail. Elle devrait ouvrir son premier magasin à la rentrée, probablement à Paris. Là encore, le but est d'ouvrir une centaine de points de vente répartis entre succursales et franchisés (France et international). Une ou deux licences devraient en outre venir enrichir l'offre de Jalla.

Mais le groupe entend aussi se montrer actif en GMS, via la société Santens (acquise en 2011) qui travaille déjà avec la plupart des centrales sur le linge de toilette. C'est par exemple elle qui fabrique les produits éponge bio pour la marque Tex de Carrefour. Le groupe Descamps a en outre signé une licence avec le groupe Dodo, leader sur le marché de la couette, pour des collections de linge de lit et de toilette qui arriveront dans les rayons à la fin de l'année. D'autres accords de licence sont actuellement à l'étude. Descamps table par ailleurs sur sa présence dans plusieurs pays (Belgique, Allemagne, Italie, États-Unis) pour pousser son développement. Il vise pour cette année 60 M € de chiffre d'affaires (contre 51 M € en 2011).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2234

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres