Destruction de produits invendus : Amazon réagit à l'émission Capital

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Un sujet de l’émission Capital de M6 du 13 janvier montrait la destruction par Amazon de nombreux produits neufs appartenant à des vendeurs tiers. Ces méthodes moins onéreuses que le stockage sur la durée soulèvent de nombreuses interrogations sur ce gaspillage de ressources. Un point sur lequel Amazon a apporté quelques éléments de réponse.

Des produits neufs et encore emballés mis au rebut pour éviter un stockage trop cher pour les vendeurs tiers ?
Des produits neufs et encore emballés mis au rebut pour éviter un stockage trop cher pour les vendeurs tiers ?© Amazon

Dans l’émission Capital diffusée sur M6 dimanche 13 janvier, consacrée au gaspillage en France, certaines pratiques d’Amazon ont entraîné incompréhension et indignation. La raison ? Des journalistes infiltrés dans l’entrepôt Amazon de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ont constaté que l’e-commercant détruisait une partie des produits neufs invendus, issus de la marketplace (et donc ses vendeurs tiers). Ce sont au total près de 300 000 objets neufs qui auraient été jetés en quelques mois pour ce seul entrepôt, comme des jouets, des téléviseurs, des paquets de couches, des machines à pop corn, le tout neuf et emballé. Ce comportement a de quoi étonner et pose la question de la seconde vie des produits, surtout quand ceux-ci sont neufs et pourraient donc être utilisés et redistribués à des associations ou des structures d’aide.

Lundi, pour éteindre la polémique, Amazon a réagi, et tenu à préciser qu’au sein de l’entreprise "seulement une petite fraction des produits invendus est détruite, la grande majorité est recyclée, revendue, retournée ou donnée. Par exemple, nous faisons régulièrement des donations pour des associations telles que Dons Solidaires ou les banques alimentaires. En ce qui concerne les donations des vendeurs tiers de la marketplace, les règlementations en vigueur relatives à la TVA imposent que les vendeurs s’acquittent de la TVA sur les donations, ce qui n’est pas économiquement viable. Nous nous efforçons de réduire le nombre de produits pour lesquels nous n’avons d’autre choix que la destruction, notamment en portant le sujet auprès des autorités compétentes". En résumé, pour donner ces produits et éviter leur destruction, les vendeurs tiers devraient s'acquitter de la TVA...


Un texte en préparation pour éviter ce gaspillage ?

Comme l’indiquait le journal le Monde il y a quelques jours (en se basant sur le reportage), le fait de jeter des produits neufs pourrait représenter à l’échelle des 5 entrepôts français un total de 3,2 millions d’objets manufacturés neufs en 2018, selon les estimations d’élus CGT. C’est le mode de gestion des entrepôts d’Amazon qui est à l’origine de ces agissements, qui touche les produits des vendeurs tiers qui confient le stockage de leur marchandise au e-commercant. Ce dernier facture le stockage 26 euros/m3 au départ, puis augmente très vite ses tarifs (500 euros/m3 après six mois, 1 000 euros/m3 après un an) des tarifs dissuasifs qui incitent à libérer de l’espace pour des produits qui tournent rapidement. Amazon offre ainsi la possibilité à ces vendeurs de détruire leur marchandise plutôt que de la stocker à des coûts prohibitifs, ce qui leur coûte moins cher que de la rapatrier. Mais pose de sérieux problèmes éthiques, en termes d’image, mais aussi et surtout de consommation de ressources et de gaspillage.

Suite à la diffusion de ce reportage la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique, a réagi et assuré que dans les mois à venir, une loi sur l’économie circulaire allait passer au Parlement et "interdire ce type de pratique". "Des entreprises, comme par exemple Amazon, ne pourront plus jeter des produits qui sont encore consommables" a ajouté Brune Poirson qui veut "aller encore plus loin : nous voulons considérer les market place telles Amazon comme étant responsables par défaut de la fin de vie des produits qu’elles commercialisent". Sans toutefois préciser comment une telle mesure serait mise en place.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA