Deux femmes ministres dénoncent les inégalités salariales du travail féminin confirmées par l’Apec

|

L’Apec établit que le salaire moyen des femmes cadres était en 2012 inférieur de 20,6% à celui des hommes. Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des PME déplore les difficultés des femmes, pourtant surperformantes, à s’inscrire dans l'entrepreneuriat. Tandis que la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem promet des sanctions dans les six mois aux entreprises qui ne luttent pas efficacement contre les inégalités de salaires hommes/femmes.  

Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des PME
Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des PME

C’est lors d’une visite à Hong Kong que Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des PME, évoquait les inégalités salariales « cause numéro un » dans l'effort à porter pour lutter contre les discriminations au travail et promouvoir l'entreprenariat au féminin. Ceci à cause du «poids des traditions de recrutement et de promotion ». Selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), le salaire moyen des cadres femmes était l'an dernier de 47 500 euros bruts annuels, contre 57 300 euros pour leurs homologues masculins. L'Apec souligne « qu'à filière de formation identique, les hommes sont systématiquement mieux rémunérés que les femmes » et que des écarts de salaires persistent à profils proches (âge, postes occupés, responsabilités exercées, etc). «Quand les femmes ont des enfants, elles ne suivent pas forcément le chemin de promotion que suivent les hommes à diplômes égaux", relève Fleur Pellerin.


Moins de créatrices d’entreprises


Conséquence dans la vie des PME, «Il n'y a que 30% des créateurs d'entreprises qui sont des femmes, et quand on regarde les entreprises de plus de un ou deux salariés, le taux tombe encore plus bas » observe la ministre. Soulignant en écho que «les statistiques montrent que les entreprises où les femmes sont présentes au comité exécutif, ou bien celles créées par des femmes, surperforment plutôt par rapport aux autres entreprises ». Des éléments de réponse pourraient être apportés par les Assises de l'entrepreneuriat organisées par le gouvernement et qui doivent rendre leurs conclusions en avril.


Des sanctions dans les 6 mois


Mais la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem se fait plus coercitive. Elle promet des sanctions dans les six mois aux entreprises qui ne luttent pas efficacement contre les inégalités de salaires hommes/femmes. Dans l’édition du Parisien/Aujourd'hui en France, elle souligne que «les inégalités de salaires à poste égal ne représentent que 9%. Ce sont les plus insupportables ». Les sanctions annoncées pourraient aller jusqu'à 1% de la masse salariale.


Quand s’ajoute la discrimination d’âge…


L’Apec confirme donc que le salaire moyen des femmes cadres était en 2012 inférieur de 20,6% à celui des hommes. Cependant, en 2008, l'écart était un peu plus fort (22%). Si l'on s’attache au salaire annuel médian (la moitié gagne plus, l'autre moins), l'écart est de 16,3% (contre 17,1% en 2008), avec 43.000 euros pour les femmes, contre 50.000 euros pour les hommes. Quand à l'écart de salaire médian, il augmente avec l'âge. Peu élevé chez les cadres les plus jeunes (2%), il croît entre 30 et 34 ans (7%), puis entre 40 et 44 ans (16%) pour se stabiliser à un niveau élevé (22%) à partir de 45 ans. Cette étude est basée sur une enquête menée par internet en février 2012 auprès de 12.500 cadres du secteur privé.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message