Deuxième année de baisse de la natalité en France... et inquiétude sur les marchés enfant

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour la deuxième année consécutive, les chiffres démographiques de l'Insee montre un recul du nombre de naissances en France. Une tendance inquiétante, couplée à la baisse de la fécondité, qui alerte les acteurs des marchés dédié à l'enfant.

Selon l'Insee, le nombre de naissance en France en 2016 a reculé. C'est la deuxième année consécutive de baisse.
Selon l'Insee, le nombre de naissance en France en 2016 a reculé. C'est la deuxième année consécutive de baisse.© DR

"En deux ans, c'est presque 40 000 bébés qui manquent à l'appel", soupire Michel Moggio, directeur général de la Fédération françaises des industries jouet-puériculture (FJP). De fait, les derniers chiffres publiés par l'Insee sur le bilan démographique de la France en 2016 n'incitent pas les professionnels de l'enfance à faire risette : après une première baisse du nombre de naissance en 2015 (-20 000 bébés selon l'Insee), l'année 2016 s'est soldée par un nouveau recul de -1,7%, soit 14 000 bébés en moins. Au total, 785 000 nouveaux-nés ont débarqué dans les familles françaises.

Où sont les femmes ?

"Ce recul du nombre de naissance s'explique par deux facteurs : le moindre nombre de femmes en âge de procréer que l'on subit actuellement et la baisse du taux de fécondité", observe Michel Moggio. Ainsi, selon l'Insee, "les femmes âgées de 20 à 40 ans, les plus fécondes, sont de moins en moins nombreuses depuis le milieu des années 1990 : elle sont 8,4 millions en 2016 contre 8,9 millions en 2006 et 9,2 millions en 1996", rappelle l'institut.

Moins nombreuses, elles affichent également un moindre taux de fécondité (1,93 enfant par femme en 2016 contre 2 en 2014). Cette baisse est particulièrement marquée chez les 25-29 ans, dont le nombre de bébé par femme est passé de 1,32 en 2001 à 1,23 en 2014 et 1,15 en 2016. "Le contexte économique actuel n'est pas favorable pour faire des bébés et certaines mesures récentes, comme la réforme du quotient familial ou le report du versement de la prime de naissance aux deux mois révolus de l'enfant, n'incite pas les Français, notamment les jeunes adultes, à construire une famille", explique Michel Moggio.  

Une tendance durable et etendue

Ces différents facteurs démographiques et économiques laissent penser que ce recul de la natalité devrait s'inscrire dans la durée, même si, en 2016, l'âge de la mère au premier enfant se stabilise à 30,4 ans. Au niveau européen, la France reste, avec l'Irlande, le pays de l'Union Européenne où la fécondité est la plus élevée. Mais au global, la situation en Europe devrait également suivre la tendance française selon un récent rapport de l'Ined s'interrogeant sur la proportion de femmes sans enfant.

L'étude pointe, notamment, une hausse récente de l'infécondité en Europe du Sud, durement touchée par la crise économique et un chômage élevé, mais aussi en Europe de l'est. "D'abord, le marché du travail, avec son lot d'emplois précaires, et les politiques familiales qui ne consacrent finalement que des budgets limités à l'aide des familles, font que la décision de devenir parent reste difficile à prendre à la fois pour les hommes et les femmes. Ensuite, l'augmentation rapide du taux d'activité féminine à temps plein ne s'est pas accompagnée du développement de politiques d'offres de gardes d'enfants et de congés parentaux suffisantes pour pouvoir concilier travail et famille", détaille l'Ined. Autant de thèmes à mettre en avant lors des prochaines échéances électorales en France et en Europe.

 

 

 

1 commentaire

Rusig

08/03/2017 13h20 - Rusig

Bonjour vous parlez de la baisse de la natalité, vous ne parlez pas de la prime de naissance supprimée par notre gouvernement actuel et qui est versée deux mois après la naissance !! Le gouvernement a tue les commerçants indépendants de puériculture, j'en fais parti à montauban je vais devoir fermer mon commerce !!!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA