Devinez quel est ce marché qui affiche une croissance de 6079%

|

Nielsen vient de publier les ventes de produits de grande consommation de la semaine arrêtée au 04 avril 2021. Avec un marché qui affiche une croissance exceptionnelle! 

Il y a un an les GMS ne pouvaient pas vendre de masques!
Il y a un an les GMS ne pouvaient pas vendre de masques! © 123Rf

Sans surprise, les ventes de masques ont explosé cette semaine la semaine dernière par rapport à l'année précédente. Tout simplement parce qu'il était impossible d'en trouver en GMS il y a un an! "L'Etat a récemment demandé aux pharmacies, buralistes et magasins de la grande distribution de vendre, à compter du 4 mai, des masques grand public. L'autorisation a été donnée le 24 avril. Nous avons accepté de le faire, dans des conditions strictement encadrées", assurait il y a bientôt un an la Fédération du commerce et de la distribution.

Quelle ironie quand on se souvient de cette polémique, de ce barrage des pharmaciens pour essayer de garder le monopole de la vente! Les Ordres des professions de santé s'étaient offusqués dans un texte cinglant du nombre «sidérant» de masques annoncés à la vente par la grande distribution à partir de lundi: «100 millions par ici, 50 millions par là. Qui dit mieux ? C'est la surenchère de l'indécence.» Sans oublier ces quelques députés et autrés élus qui s'étaient lancés dans des diatribes anti-grande distribution. La sénatrice de Gironde Nathalie Delattre, membre du Mouvement radical, avait demandé la constitution d'une commission d'enquête sur ce sujet. "Soit la grande distribution a une puissance de frappe infiniment supérieure à celle de l'État et a réussi à se procurer autant de masques en si peu de temps, et dans ce cas-là, la commission devra faire toute la lumière sur les insuffisances de la chaîne de décision nationale. Soit la grande distribution se moque de la santé du peuple français, et devra répondre à cette question : combien de vies auraient pu être épargnées si ces stocks avaient été distribués plutôt que d'être stockés en attendant d'être vendus !" Ou mieux encore, Renaud Muselier, président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui avait menacé dans un tweet de déposer une "plainte pour mise en danger de la vie d'autrui et non assistance à personne en danger". Il avait aussi donné "trois jours à la grande distribution pour prouver qu'elle n'avait pas de stock secret de masques pendant la crise". Bientôt un an après, on ne peut que sourire. Mais avec le recul et la généralisation des masques pour quasiment tous les Français, il s'agit d'un sourire triste et presque narquois...  

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter