Digital Retail: comment Auchan veut faire émerger les inventeurs français

|

La rédaction vous conseille

 

Auchan va chiner les inventeurs français avec une start-up américaine

 

"C'est une première européenne, on va faire émerger le commerce collaboratif" ? Vincent Mignot, le Pdg d’Auchan France n’est pas peu fier de son coup. L’enseigne tente une expérience en s’associant à la start-up newyorkaise Quirky (http://www.quirky.com/) pour lancer son service en France. Le concept de Quirky : un réseau social sur lequel on poste, moyennant 10 dollars, ses idées d’inventions. L’idée étant de faire émerger des innovations en dehors des sentiers battus des services de R&D. « Les meilleurs idées c’est vous qui les avez », serine Ben Kaufman, le créateur de Quirky, présent la semaine dernière à Paris lors de la conférence de presse d’Auchan.

Un jeune start-upper qui a rappelé en préambule de sa présentation la phrase prononcée en début d’année par le Pdg de Procter, Bob Mcdonald’s, pour analyser les ventes décevantes de son groupe : « On n’a rien inventé de nouveau depuis très longtemps. » La faute au processus d’innovation qui serait de plus en plus lourd et complexe. Il faut aujourd’hui s’y connaitre en design, , ingénierie, recherche, manufacture, logistique, marketing… Et ce sont ces services que Quirky met à disposition aux inventeurs amateurs pour développer leur produit. « Au final on lance un produit pour un coût compris entre 5000 et 50 000 dollars contre des millions normalement », se félicite Kaufman. Et tous les participants au projet sont rémunérés dans une sorte de contrat participatif: l’inventeur ainsi que les salariés de Quirky. D’ailleurs, dans chaque produit Quirky, une fiche rappelle les noms et le pourcentage des revenus attribués à chaque participant au projet. Ainsi le jeune inventeur de la multiprise flexible http://www.maxigadget.com/2010/06/quirky-multiprise-modulable-pour-adaptateur-secteur.html lancée en 2010 a touché 500 000 dollars cette année et devrait en toucher le double l’année prochaine assure le créateur de Quirky (soit 10% du chiffre d’affaires).

Que vient faire Auchan là-dedans ? L’enseigne va dans un premier temps commercialiser les produits best sellers de l’américain. Il y aura la multiprise flexible mais aussi les gants permettant de taper sur son écran tactile de smartphone ou encore le « Broom groomer », un ramasse poussière malin équipé de dents pour retirer les peluches du balai… D’ici mars l’enseigne va commercialiser, sur son site via un shop in shop mais aussi en magasin, une cinquantaine de produits. Voilà pour le premier étage de la fusée. Le second est constitué par le lancement du service Quirky à proprement parler. « Sur le shop in shop nous donnerons la possibilité aux internautes de s’inscrire sur le site de Quirky, détaille Flavien Dhellemmes, le directeur vente d’équipements d’Auchan. Et nous allons imprimer un tract à 10 millions d’exemplaires pour expliquer aux Français comment marche Quirky. »

Mais attention, comme partout il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. « Sur les 1000 idées que nous recevons chaque semaine, nous n’en fabriquons que 3 ou 4 au final », explique Ben Kaufman qui espère tout de même revenir à Paris dans un an pour donner à un inventeur français son premier chèque… d’un million de dollars.

 

 

Le polo du futur selon Lacoste

 

Lacoste a 80 ans. Et pour fêter ça, plutôt que de regarder derrière elle, la marque préfère rêver au futur. Avec cette très jolie vidéo imaginée par l'agence MNSTR et réalisée par le duo Fleur et Manu. Des polos qui changent de couleurs sur simple pression sur le croco, des hauts de tennis qui affichent le score du joueur ou encore des T-shirts qui changent de forme au gré des désirs de celui qui le porte...  

 

Jacques-Antoine Granjon (Vente-Privée) : « A terme, 90% du e-commerce se fera sur smartphone »

 

Dans une interview vidéo accordée à nos confrères de Frenchweb, le président fondateur de Vente-Privée livre sa vision du e-commerce du futur. Pour lui c’est un certitude, le m-commerce (en gros le e-commerce sur plateformes mobiles) va s’imposer comme le modèle dominant dans les années à venir. « Aujourd’hui le mobile c’est 25% de nos ventes, soit 300 à 400 millions d’euros en 2012 », précise Jacques-Antoine Granjon. « Le smartphone c’est ce qu’il y a de plus pratique, il permet d’acheter un e place de spectacle, d’acheter un produit, de comparer un prix… C’est comme ça que vivent nos enfants et qu’ils utilisent ces outils ».

Dans la vidéo, le « JAG » revient par ailleurs (aux alentours de 5min 40) sur son aventure aux Etats-Unis. Lancé il y a pile un an, le site aurait bien du mal à décoller outre-Atlantique. La faute à une offre trop faible de marques américaines. « Ça prend du temps pour évangéliser notre modèle aux Etats-Unis… » Avant tout de même de préciser que les concurrents locaux « tous ceux qui nous ont copié : les Gilt, les Rue La La, les My Habit de Amazon aujourd’hui ne sont pas rentables. » Rien n’est perdu donc. Du moins l'espère-t-il.


Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente-privée par frenchweb

 

Petit voyage dans l’enfer du e-commerce

 

« Pourquoi cette commande sur CDdiscount sera la dernière de ma vie ». Un internaute en colère a fait le buzz sur Twitter avec un billet de blog amusant dans lequel il décrit par le menu ses mésaventures avec le site de vente du groupe Casino. L'objet du grief: un surmatelas qui n'arrivera jamais à destination, à savoir au point relai. Ce billet est peut-être le petit manuel de ce qu'il ne faut pas faire lorsqu'on est un e-commerçant. A lire ici.

 

Amazon lance un abonnement à Kindle pour les enfants

 

Le modèle de la licence globale (en gros on paie un abonnement pour avoir accès à un nombre illimité d’œuvres ou de services), après la musique avec des sites comme Deezer ou Spotify, va-t-il s’imposer dans les applis mobiles ?  L’américain Amazon (et oui encore lui…) veut en tout cas tâter le terrain avec ses tablettes Kindle. Le site va lancer une offre à destination des 3-8 ans baptisé Kindle FreeTime Unlimited qui permet aux abonnés d’avoir accès, moyennant un abonnement, aux livres, jeux et applications et contenus divers de leur choix. Pour les abonnés Premium d’Amazon, l’abonnement mensuel est de 2,99 dollars par enfant ou 6,99 dollars par famille (respectivement 4,99 et 10,99$ pour les non Premium).

Prochaine étape : une offre tous publics ? Si rien n’est encore prévu en la matière, Amazon ne ferme pas la porte. « Nous voulons voir quel sera le succès d’une telle démarche, explique Peter Larsen, le vice-président de la division Kindle d’Amazon au site américain CNet, mais nous pensons que c’est une offre complète à un prix très attractif. »

 

EBay distribue des cadeaux en Italie

 

Le site de vente CtoC a fait de ce noël son cheval de bataille en terme de communication. Après avoir des espaces de conseils à Londres pour les "christmas shoppers" la semaine dernière, la marque était cette semaine en Italie pour distribuer des cadeaux aux passants: écrans plats, console de jeux Wii U, lunettes, sacs à main... Des "pères noël" de la marque américain grimés en sorte de mime Marceau ont fait le buzz et se sont payés un petit coup de pub. Et ce dans un pays durement touché par la récession et dont le pouvoir d'achat pour les fêtes risque d'être en berne. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message