Digital retail: Free et les boutiques, Etam/Desigual le buzz en sous-vêtements et un écran transparent

|

 

"Free ne pourra pas se contenter de ventes uniquement sur internet"

 

Deux questions à Gregory Coillot, directeur marketing de The Phone House, à propos de l'arrivée de Free mobile

LSA: Free veut privilégier la vente directe sur internet en ouvrant seulement 100 boutiques. Est-ce un modèle viable selon vous?

Gregory Coillot: Comme la plupart des exemples que nous connaissons en Europe, Free commence par ne faire que dans la vente à distance. C'est exactement ce qu'avait fait l'espagnol Yoigo. Cet opérateur qui est arrivé en cassant les prix sur le marché du mobile espagnol a fait de l'internet seul pendant un an et demi. Et puis ils sont revenus en boutique. Free ne pourra pas se contenter de ventes uniquement sur le web.

LSA: Pourtant, sur un marché mature comme la téléphonie, on pourrait penser que les consommateurs sont déjà avisés...

G.C.: Certes aujourd'hui les technologies comme la 3G et les smartphones commencent à être connues du grand public mais avec l'arrivée de la 4G, de la fibre optique et des tablettes, il faudra bien démontrer les nouveaux usages aux clients. Et puis même si les consommateurs sont de plus en plus au courant, ils viennent toujours dans nos magasins pour qu'on leur paramètre leurs comptes iTunes pour l'iPhone, pour qu'on configure leur boîte mail ou pour transférer leurs contacts sur leur nouveau téléphone. Et ça, Free ne pourra pas le faire à distance... 

 

 

Etam/Desigual tentent le buzz en sous-vêtement: pas convaincant

 

Une centaine de clients en petite tenue qui font la queue devant un magasin Desigual à Lyon. C'est le résultat de l'opération de com de la chaîne de textile espagnole pour les soldes. L'idée: "habillez-vous chez nous gratuitement et ne payez que ce que vous ne porterez pas sur vous!" Une initiative qui ressemble à celle d'Etam qui a eu l'ingénieuse idée d'envoyer des mannequins se déshabiller dans des lieux atypiques comme la patinoire de la Tour Eiffel ou le musée d'Orsay. Un initiative critiquée par les blogueurs et qui n'a pas eu le rententissement souhaité sur les réseaux sociaux.

Bref le bon buzz souhaité n'a pas été au rendez-vous. Au mieux s'est-on moqué de ces enseignes prêtes à mettre à poil des mannequins ou des clients pour Desigual en plein hiver. Pire pour Etam, le musée d'Orsay, pas prévenu du happening, envisage de porter plainte contre le distributeur. Faire du bruit autours de la marque comme l'a fait Free avec un jeu de piste amusant porte assurément ses fruits. Déshabiller ses clients en plein hiver ou faire déambuler quelques mannequins en petites culottes au milieu de visteurs hébétés moins.

 

 

 

L'impressionnant écran plat transparent

 

C'est en marge du salon CES de Las Vegas que le coréen Samsung a présenté cet écran bluffant. Une fenêtre dans laquelle viennent s'incruster des informations, des vidéos... En voilà une démonstration intéressante. Pour les magasins, on peut imaginer une utilisation en rayon pour montrer l'utilisation d'un produit en réalité augmenté avec des images incrustées... A vous d'imaginer la suite.

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter