Marchés

Disney France attaque 2014 en grande forme

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Sur un marché de la licence jouet en baisse de presque 7% en 2013, Disney est resté stable. Mieux, le groupe a placé six de ses propriétés dans le top 10 des licences les plus vendues en France en 2013 dans le jouet, dont trois dans le seul top 5. De quoi laisser augurer un bon cru 2014, marqué notamment par la récente reprise de la gestion des droits dérivés de Star Wars en France mais aussi par le succès de nouvelles propriétés du groupe comme Violetta et la montée en puissance d'Avengers et des Princesses Disney portées par le succès du dernier long-métrage La Reine des Neiges.

Cars, toujours licence n°1 en France !
Cars, toujours licence n°1 en France !© DISNEY/PIXAR. ALL RIGHTS RESERVED.

Quatre-vingt-dix ans mais toujours le chouchou des enfants ! Le groupe Walt Disney, numéro un des ayant-droit en France, s'est - une nouvelle fois - emparé de la première place au classement des licences les plus génératrices de chiffres d'affaires dans le jouet avec son infatigable Cars. Mais ce n'est pas tout : "Six des dix licences les plus fortes en France sont issues de nos univers, comme Mickey, Spider-Man, les Princesses et, bien sûr, Star Wars", explique Jérôme Le Grand, senior vice-président retail et licensing de la filiale française du groupe.

Disney stable en 2013 malgré un marché déprimé
Au final, Disney termine donc le cru 2013 stable. Une prouesse vu la méforme des licences dans le jouet, qui ont terminé l'année selon NPD à près de -7% en valeur sur un marché total du jeu et du jouet à +0,7%. "Le marché des licences est cyclique, explique Jérôme Le Grand. Mais nous avons la chance de disposer d'un catalogue riche en personnages bien installés mais toujours fortement renouvelé." Ainsi, Cars (première licence jouet en 2013... et ce depuis 2008) a profité de l'arrivée de Planes, déclinaison en avion de l'univers de Cars. "Mais Planes seul arrive aussi 8ème au classement des meilleures licences de Noël", précise Jérôme Le Grand, qui note aussi le succès d'Iron Man 3 et de Thor 2, permettant également de renforcer l'ensemble des propriétés de Marvel. Idem pour la dernière princesse Disney, la Reine des Neiges, dont la réussite en salle alimente les Princesses. "Nous sommes déjà en rupture de stocks sur certaines poupées Reine des Neiges. Et le succès de ces nouveaux personnages sera encore plus fort en 2014 : c'est souvent la deuxième année qu'une nouvelle licence fonctionne le mieux", poursuit Jérôme Le Grand.

Diversité des propriétés et des produits dérivés
Le succès des Princesses ne devrait pas se démentir donc pour 2014, année de leur dixième anniversaire, qui verra également la montée en puissance de Sofia, nouvelle héroïne déjà présente sur le petit écran et en DVD. Chez les filles, Disney mise également sur Violetta ciblant plutôt les 6-14 ans, dont les livres de la Bibliothèque Rose et les carnets intimes (Hachette) s'arrachent. Les garçons pourront compter sur Planes (dont le second opus sort en juillet) mais aussi sur l'univers de Marvel encore riche cette année en actualité avec le second volet de The Amazing Spider-Man, Captain America et les Gardiens de la Galaxie. Pour les plus petits, Disney revisite l'univers de ses classiques (Bambi, Mickey...) tandis que chez les grands, on attend le prochain opus de Star Wars, prévu pour fin 2015, avec impatience. En attendant, petits et grands pourront compter sur un portefeuille de produits dérivés renouvelés : si Disney a arrêté son partenariat en "direct to retail" avec Carrefour en alimentaire, le groupe se développe particulièrement dans la mode (comme son partenariat avec Celio autour de l'univers Marvel) mais aussi la puériculture, l'univers de la maison et, bien sûr, le jouet. De quoi devenir totalement "disneymaniaque" !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA