DISTREE#ConnectDays : quelles sont les start-up distinguées par le Smart Tech Show ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L’évènement consacré à la distribution des objets connectés a distingué, le 12 avril 2016, six jeunes pousses de l’IoT au Carrousel du Louvre à Paris. Les start-up récompensées lors du Smart Tech Show ont droit à 5 minutes sur scène pour présenter leur produit devant un parterre composé de distributeurs, journalistes spécialisés et blogueurs. 

Idosens, Smarthalo ou encore Novathings font parti des six jeunes pousses distinguées lors du Smart Tech Show.
Idosens, Smarthalo ou encore Novathings font parti des six jeunes pousses distinguées lors du Smart Tech Show. © CL

Pas moins de six start-up de l’Internet des objets ont été distinguées lors du Smart Tech Show. En parallèle du Distree#ConnectDays, un salon consacré à la distribution des objets connectés, le Smart Tech Show, a récompensé le 12 avril 2016 des start-up comme Idosens, Seven Hugs, ou encore les Québécois de Smarthalo. Ces jeunes pousses ont reçu des prix d’une valeur de 6 000  euros avec, une démonstration de leurs produits pendant 5 minutes, devant un auditorium composé de grands distributeurs, journalistes spécialisés et blogueurs.

L’occasion de se faire connaître pour les start-up

Les start-up lauréates du Smart Tech Show ont été sélectionnées par un jury composé de 5 distributeurs signataires de la charte French Tech et de journalistes spécialisés. Marc Foster, le fondateur d’Oliba, une des start-up récompensée, explique que le Distree#ConnectDays est "un bon moyen de rencontrer les distributeurs et enseignes, de mieux comprendre les processus et de construire une relation avec eux". Faire référencer leurs produits reste un enjeu pour les start-up, Olivier Lenoir, le directeur France de Zembro raconte que "la catégorie n’existe pas dans les magasins, il faut faire comprendre le besoin produit aux consommateurs mais aussi aux enseignes".

Les lauréats du Smart Tech Show :

  • "L'extented home" de la start-up Idosens

"C’est un objet connecté grand public qui permet de veiller sur des lieux sans connexion" explique Florent Vernet, le "business developper" d’Idosens, une start-up créée en mars 2015 qui s’intéresse à la maison. Basé sur la technologie LoRa, qui permet à des objets de communiquer entre eux, il s’affranchit de la wifi ou du Bluetooth, et assure une surveillance sur une cave à vin, une maison secondaire ou une serre. Le boîtier connecté indique grâce à un capteur si le lieu a été visité, sa luminosité et sa température. Florent Vernet et le fondateur de la start-up François Hédé souhaitent que le produit soit distribué en grandes surfaces spécialisées, comme les enseignes de bricolage et les jardineries. 

  • Helixee de Novathings

La start-up basée à Aix-en-Provence a créé "le cloud social". Avec son objet connecté, Novathings propose de centraliser les données de la famille. "C’est simple et automatisé à travers une application qui va piloter la gestion à distance" explique Christophe Guionet, le CEO chez Novathings. Helixee permet de stocker musiques, photos, et films que ce soit par wifi ou en accès par le web. Helixee va plus loin et permet de créer un réseau social de personnes autorisées avec des cercles de partage. L’industrialisation d’Helixee débute au printemps pour une commercialisation en septembre. 

  • Oliba, la chouette connectée

Créé par la Smarty Crew en 2014, Oliba est un doudou connecté qui fait aussi veilleuse et chante des berceuses au bébé. Le jouet a aussi la particularité d’évoluer en fonction de l’âge de l’enfant. Encore en phase de crowdfunding, l’objet a recueilli 600 précommandes sur Indiegogo. Depuis juin 2014, Marc et Pandora travaillent activement et sérieusement sur le projet : "Le Distree#ConnectDays est l’occasion de rencontrer des distributeurs et de construire une relation avec eux" explique le jeune homme.

  • Seven Hugs et sa télécommande tout terrain

Seven Hugs a créé la Smart Remote, "une télécommande contextuelle pour objets connectés qui se géolocalise et dont l’interface s’adapte à l’objet" explique Louise Plaquevent, responsable marketing et communication de la start-up. Présentée au CES de Las Vegas n’est pas encore disponible en précommande. Cette solution simple et intuitive est une alternative au smartphone.

  • Zembro, le bracelet connecté des seniors

"C’est un ange gardien autour du poignet". Olivier Lenoir, le directeur France de Zembro présente sa montre connecté pour senior comme un moyen pour les seniors actifs de rester autonome : "Avec une pression de 4 secondes, ils sont en contact vocal avec un aidant" explique-t-il. Le produit étanche, fonctionne 24h/24 et 7j/7. Grâce à un algorithme, le bracelet de Zembro s'adapte à la personne qui le porte, et des mises à jour régulières seront effectuées. 

  • Smarthalo connecte les vélos

Un objet connecté qui va ravir les amateurs de bicyclette. Lié par Bluetooth aux smartphones Android et iOS, cet objet a plus de 30 jours d’autonomie et se recharge via câble USB, il indique les directions aux cyclistes par des indications lumineuses très précises, et peut même lui demander de faire demi-tour ! En pré-commande sur la plateforme de crowdfunding Kickstarter, Smarthalo avait rempli son objectif de financement dès le premier jour. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA