Distribashing: "le trop c'est trop" de Dominique Schelcher (Système U)

|

Dominique Schelcher, président de Système U, est intervenu le 2 octobre 2019 au Congrès LSA des stratégies commerciales. Voici le texte de sa prise de position tranchée et forte. 

"Nous aurons de plus en plus à faire des choix d’assortiments, nous les ferons.

Et nous privilégierons dorénavant celles et ceux qui souhaitent faire avec nous, plutôt que contre nous. Il faut être cohérent".
"Nous aurons de plus en plus à faire des choix d’assortiments, nous les ferons. Et nous privilégierons dorénavant celles et ceux qui souhaitent faire avec nous, plutôt que contre nous. Il faut être cohérent".© L Duarte

Chers confrères, chers partenaires, mesdames et messieurs, chers amis,

Je voudrais profiter de cette tribune pour vous dire ce que, chez U,  nous avons sur le cœur.

Je ne vais pas revenir sur le projet de U, vous le connaissez, je vous l’ai présenté l’année dernière, pour ma première devant vous, en ayant d'ailleurs un peu le sentiment que cela ne servait à rien.

Je ferai court.

Mais, je l’espère, clair.

Nous avons mal vécu cette année 2019 de Distri-Bashing.

Nous avons mal vécu ces articles à répétition faisant porter sur notre métier tous les maux de l’époque.

Nous avons mal vécu cette entreprise de diabolisation visant à faire du commerçant le spoliateur d’une richesse qui ne serait pas partagée.

Nous avons mal vécu d’être soupçonnés de pratiques à la limite de la légalité.

Nous avons mal vécu de voir notre métier accusé de harcèlement moral, appelons un chat un chat, dans des box surchauffés et sans ravitaillement.

Nous avons mal vécu de nous faire montrer du doigt sur les questions agricoles alors que nous avons fait de vrais efforts pour revaloriser les métiers de la terre, tout particulièrement sur notre marque distributeur.

Nous avons mal vécu la commission d’enquête parlementaire car essentiellement à charge.

A un moment : trop c’est trop !

Force est de constater que cette entreprise de diabolisation ne mène nulle part.

Elle soulage peut-être certains.

Mais elle ne fait rien avancer. Au contraire, elle est contre-productive.

Et c’est tout ce que nous reprochons à celles et ceux qui pensent qu’en nous montant les uns contre les autres, nous arriverons à un résultat meilleur pour nos clients et meilleur pour nous-mêmes, le « nous » incluant producteurs, industriels et distributeurs.

Aujourd’hui, nous avons le choix :

Poursuivre cette voie belliqueuse ou trouver le chemin d’un nouveau dialogue.

La première option ne mène nulle part.

Et pour être encore plus clair, Système U voudrait dire aux industriels qui ne souhaitent pas faire avec nous… que nous ferons sans eux. Et ils feront sans nos 2,3 % de croissance en mouvement à fin septembre et nos perspectives à minima du même ordre en 2020, sans nos 30 nouveaux magasins depuis le 1er janvier et l’année n’est pas terminée.

Et je voudrais souligner ici une information que vous n’avez peut-être pas. U est l’enseigne numéro 1 des PME selon un tout dernier chiffre de Kantar : 63 % de nos paniers contiennent au moins un produit de PME, un chiffre en progression de 9 points en 2 ans. Et du coup 70% de notre croissance se fait aujourd’hui avec les produits des PME et des TPE locales.

Nous aurons de plus en plus à faire des choix d’assortiments, nous les ferons.

Et nous privilégierons dorénavant celles et ceux qui souhaitent faire avec nous, plutôt que contre nous. Il faut être cohérent.

Avec.

C’est le mot clé de la seconde voie.

Car nous avons beaucoup de choses à faire ensemble.

A commencer par imaginer le commerce à visage humain de demain et le marketing qui va avec.

Nous avons les magasins lieux de vie dans les territoires.

Nous avons des équipes formidables dans ces magasins.

Nous avons les données et la connaissance client.

Nous cherchons à nous différencier de nos concurrents.

Vous avez la R&D, les usines, le savoir-faire.

Nous avons donc tout pour imaginer ensemble de nouvelles opportunités de business.

Nous n’attendons que cela.

Rarement la page blanche à remplir n’aura été si passionnante !

Passer notre temps à nous défendre des attaques, c'est autant de temps détourné de l'essentiel, le commerce de demain.

Réduire nos rencontres et nos manières de travailler ensemble à une ou deux réunions annuelles de négociation est une erreur.

Notre erreur commune.

On ne construit pas de relation solide et de long terme en ne se voyant qu’une fois par an.

Nous proposons donc à ceux qui le voudront, en complément de nos réunions de négociations, de nous voir pour nous construire ensemble une part de futur commun.

Nous proposons par exemple en 2020 des pilotes de partages de données innovants.

Envergure, notre société commune avec Carrefour, mettra en place cette année un comité de suivi mensuel des négociations pour y apporter toute la vigilance nécessaire.

U poursuivra ses efforts pour une meilleure valorisation du prix à la production quand nous en aurons la transparence. Donc oui à l'idée de l'intervention d'un tiers indépendant pour y veiller. La vidéo bouleversante d'un agriculteur à bout a été vue des centaines de milliers de fois ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Chez U nous pensons que le prix bas à tout prix doit être remplacé par le prix bas juste et responsable.

Je ne suis pas naïf.

Il n’y aura pas de grand soir et de grand matin.

Mais c’est en commençant à travailler ensemble autrement, sur des projets concrets, de développements mutuels que nous réaliserons, j’en suis sûr, que nous avons tout intérêt à nous REconsidérer partenaires plutôt qu’adversaires et à nous REfaire confiance.

Je vous remercie.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter