Distriborg lance les premières salades bio

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

· Carottes râpées, taboulé, piémontaise · Bjorg signe ses premières salades issues de l'agriculture biologique. · Ce qui porte à plus de 20 le nombre de ses références au traiteur LS.

Après les salades équilibrées de Weight Watchers, il ne manquait plus qu'une offre bio. Avec sa marque Bjorg, leader du bio au rayon diététique (300 millions de francs de chiffre d'affaires en épicerie), Distriborg, la firme de Régis Pelen, propose depuis début mai une gamme de quatre références biologiques : des carottes râpées, un taboulé, une salade piémontaise et une à l'épeautre (variété de blé) agrémentée de tofu. Avec une DLC de vingt-huit jours, elles sont vendues entre 13 et 16,50 F la barquette de 200 grammes, soit 20 à 30% plus cher que celles issues de l'agriculture intensive.

Ces salades viennent étoffer l'offre traiteur bio de Bjorg, démarrée timidement en 1996, mais qui enregistre aujourd'hui des progressions à deux chiffres. « Nous avons près de dix ans d'expérience dans le bio et le frais dans nos magasins de détail, explique Jérôme Haussoullier, chef de groupe marketing et achats. Elle nous permet de choisir les bonnes filières d'ingrédients biologiques et nous assure des approvisionnements réguliers. » (LSA n° 1530.)

Un îlot « frais bio »

Innovante, la société lyonnaise a déjà lancé, depuis le début de cette année, une pâte pour tarte bio et trois références de burgers végétaux : aux légumes, aux champignons et au fromage, à base de soja génétiquement non modifié. Soit, aujourd'hui, une gamme traiteur libre-service de 23 références, couvrant les plats cuisinés, les pâtes fraîches, les escalopes de céréales, etc.

Pour faire connaître son offre en « frais bio » (traiteur et crémerie), Distriborg prévoit pour la rentrée une vague d'animations-dégustations avec des liflets comportant deux bons de réduction de 5 et 15 F respectivement remis pour trois ou six produits achetés, et une campagne publicitaire dans la presse féminine et les magazines de santé. La société préconise en effet d'implanter un espace bio commun à ces deux univers. Avec le risque, à terme, que l'îlot explose si Distriborg fait des émules.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1541

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA