Distribution : innover pour croître et prospérer

|

PUBLI-RÉDACTIONNELÀ l'heure où innovation et réactivité sont devenus des priorités absolues, il devenait impératif que les systèmes d'information non seulement suivent l'entreprise, mais qu'ils en facilitent et banalisent même les diverses mutations. Avec les Architectures


Depuis une petite vingtaine d'années, il est devenu évident que la différenciation des entreprises s'opère en grande partie par leur capacité à innover et à mettre en place de nouveaux produits ou de nouveaux services le plus rapidement possible sur le marché.

Cette course à l'innovation et à la réactivité a entraîné d'immanquables changements dans le fonctionnement de l'entreprise pour laquelle il est devenu difficile de réaligner ses différents processus de gestion en fonction des nouveaux enjeux stratégiques et opérationnels... Pourtant, à l'heure où les distributeurs deviennent fabricants, opérateurs mobile ou voyagistes, ils ne peuvent se permettre d'attendre des mois avant de lancer leur marque.

Pour faire face à ces nouvelles exigences, le système d'information de l'entreprise doit non seulement être performant (afin de ne pas freiner l'adaptation), mais il doit même devenir un moteur du changement, susceptible d'apporter une différenciation par rapport à la concurrence.

Un vrai casse-tête chinois

Une évidence qui a un coût. Sachant que 80 % des budgets informatiques servent à entretenir le système existant et que 60% des 20% restant sont nécessaires à l'intégration des nouveaux services au système en place, la part d'investissement dans le nouveau se trouve, de fait, réduite à 8% du budget !...

Comment alors diminuer coûts récurrents et coût d'appropriation ?
Dans la configuration actuelle des systèmes d'information faites de silos indépendants (applications métiers, HCM, CRM, etc.), on procède par transferts de données ; opérations lentes et fastidieuses entraînant une grande perte de temps comme de... clients !

Et comment intégrer à son ancien système sa nouvelle entreprise de livraison ou son centre d'appels externalisé ? Quant à vouloir changer dans ces conditions son système de gestion !..

Les SOA, des architectures ouvertes

C'est pour sortir de ce véritable casse-tête chinois que les acteurs du marché se sont orientés au début des années 2000 vers le concept des Architectures Orientées Service, privilégiant (enfin !) la standardisation de l'information qui seule permet à un système d'information de communiquer avec les systèmes extérieurs et d'intégrer facilement de nouvelles fonctions. 

Vive donc les SOA Mais comment, dans les faits, y faire venir son entreprise sans heurt, c'est-à-dire en préservant l'existant ?... En découpant simplement les différentes applications déjà en place en un grand nombre de petits modules fonctionnels correspondant chacun aux différentes étapes de ces applications ; modules répertoriés dans un annuaire et respectant - eux - le nouveau standard du marché.

Dans le même temps, les utilisateurs de l'entreprise vont définir - dessiner même - les processus métier les concernant et l'on assemblera les différents modules de base jusqu'à répondre aux besoins précis de chacun.

On arrive ainsi à un véritable processus à façon. Toute la différence résidant dans le fait que le besoin est désormais formulé par l'utilisateur pour un système qui s'y adapte et non plus le contraire.

Au passage, on en profite pour unifier l'interface utilisateur afin que ce dernier se retrouve devant des écrans ergonomiques et transparents (un formulaire y ressemble à un vrai formulaire) et améliore également sa productivité.

Au final, cette standardisation découlant de la SOA permet d'intégrer tous les changements, grands ou petits, de l'entreprise, en jouant simplement sur quelques briques du système, qu'il s'agisse de créer un SAV, des cartes de fidélité ou quelque nouveau service que ce soit. Un gain de réactivité évident qui peut dès lors s'effectuer sans même toucher au système ; une entreprise souhaitant se lancer dans la livraison pouvant, par exemple, se connecter directement au système de son entreprise de livraison.

Une standardisation, enfin, qui vient répondre exactement aux enjeux des fusions acquisitions, en permettant d'homogénéiser au plus vite des systèmes hétérogènes.


Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter